•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Renforcement de la sécurité d’un quartier de Canmore pour contrer le vandalisme

Le village Three Sisters Mountain veut éviter les intrus sur son terrain privé.

Des appartements.

Le projet immobilier Three Sisters Village, à Canmore, devra comprendre 20 % de logements abordables, selon les souhaits du conseil municipal. Le projet sera à nouveau débattu le 11 mai 2021.

Photo : CBC / Bryan Labby

Radio-Canada

Un agent de sécurité patrouille désormais le terrain privé du village Three Sisters Mountain (TSMV), à Canmore, afin d’avertir les visiteurs éventuels de quitter les lieux. La nouvelle mesure survient après le signalement de plusieurs cas de vandalisme sur la propriété, dont certains mettent en danger la faune et la flore.

L’endroit est prisé des amateurs de plein air depuis longtemps. Malgré le fait qu’il s’agit d’un terrain privé, la présence de randonneurs et de campeurs était jusqu’à présent tolérée par l’organisation de gestion du village.

Toutefois, ces derniers mois, il y a eu un nombre plus important d’incidents de vandalisme, notamment des arbres abattus, un cambriolage de puits de mine et des fêtes dans des étangs privés.

C’était rendu à un point où c’était une question de sécurité, explique Chris Ollenberger, directeur de la stratégie et du développement. Nous avons attrapé des personnes qui créaient des incendies dans le couloir de la faune, qui campaient avec de la nourriture, par exemple. À un moment donné, nous devons protéger la communauté et notre propriété.

Dans un autre cas, Parcs Alberta a avisé le propriétaire foncier qu’un ours avait trouvé une glacière abandonnée dans le corridor faunique, remplie de nourriture.

À gauche, un panneau indiquant des règlements, à droite, un homme et une voiture identifiée sécurité.

Des panneaux indiquent aux passants qu'il s'agit d'un terrain privé.

Photo : Facebook/Three Sisters

Pour remédier à la situation, des panneaux ont été installés, et un agent de sécurité a été engagé pour informer les visiteurs éventuels qu’ils sont sur un terrain privé.

Cette décision est loin de plaire à certains habitués de l’endroit, comme Susan Hlasny et Peter Jancewicz. Nous sommes allés parler [à l’agent de sécurité], et il a dit que les propriétaires voulaient que les gens sachent que c'était une propriété privée et que nous n'étions pas censés y aller, a dit la première qui trouve la situation étrange.

Pour sa part, Tiffany Meyer, qui y habite, comprend l’inquiétude du propriétaire. Elle a elle-même constaté une légère augmentation de la présence de détritus et d’autres incidents de vandalisme. J'ai vu du bois qui servait à faire du feu. Ce qui me terrifie, c’est que cela brûle, surtout avec la chaleur et la sécheresse de cet été, confie-t-elle.

Par contre, elle croit que TSMV doit travailler avec les résidents au lieu d'interdire l'accès du site . La ville grandit, nous ne pouvons rien y faire, dit-elle. Alors, comment pouvons-nous faire en sorte que cela se fasse correctement? Comment soutenons-nous la faune d’ici? Et comment soutenons-nous la communauté et laissons-nous les gens du village utiliser cette zone?

Quand la conservation est en jeu

Selon Chris Ollenberger, l’une des causes de l’augmentation du vandalisme est que de plus en plus de personnes cherchent des endroits gratuits où pratiquer le plein air, notamment après la mise en place de frais d’accès dans Kananaskis. Il pense qu'il doit s’agir de personnes qui connaissent moins bien l’endroit et qui sont moins respectueuses des lieux que les résidents.

[La province] a vu une légère augmentation du nombre de personnes essayant de contourner les frais pour utiliser la région de Kananaskis, affirme M.Ollenberger. C'est un problème répandu. Cela ne se passe pas seulement à Three Sisters.

Il espère qu’une campagne de sensibilisation qui dirigerait les visiteurs vers les endroits aménagés gratuits pourra être mise sur pied.

Avec les informations de Helen Pike

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !