•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des voitures pour terre battue en pleine ville pour le GP3R

Des personnes posent devant un véhicule de course.

Le Défi Urbain Chevrolet fait son arrivée et amène des voitures pour terre battue en circuit urbain.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Bélanger

Radio-Canada

À quelques semaines du début des festivités, la 51e édition du Grand Prix de Trois-Rivières aura à sa programmation une toute nouvelle épreuve.

Le Défi Urbain Chevrolet fait son arrivée et amène des voitures pour terre battue en circuit urbain. Les pilotes Raphaël Lessard, David Hébert, Yan Bussière et Josiane Plante seront de la partie pour cette course qui va nécessiter des ajustements.

Ça fait un an et demi qu’on nous dit de nous réinventer, d’être créatif. C’est ce qu’on a décidé de faire, explique le directeur général du Grand Prix de Trois-Rivières, Dominic Fugère.

Une opportunité qui est devenue réalité en raison de la pandémie, mais dont il était déjà question depuis déjà quelques années, indique-t-il.

Ça fait une dizaine d’années qu’on en parle. François Bellemare, qui est un pilote de Trois-Rivières et qui roule sur terre battue, a toujours voulu venir et là, cette année, avec les frontières qui sont fermées, on avait de la place dans notre horaire. On pense qu’on va avoir quelque chose qui va donner un méchant bon spectacle.

Au cœur de ce spectacle se trouve le coureur automobile Raphaël Lessard, qui compare les différences entre la voiture NASCAR, ce qu'il conduit normalement, et la voiture pour terre sur asphalte.

Sur la terre, tu n'utilises presque pas les freins, tandis que sur un circuit routier, tu vas utiliser énormément les freins. Étant assis plus haut et au milieu, ça balance beaucoup plus de gauche à droite. [...] Tu sens tout, alors ça va être un style de pilotage complètement différent, explique le pilote.

« La priorité, c’est la santé du public »

Les discussions se poursuivent afin d’offrir un Grand Prix conforme aux exigences sanitaires. Si les paddocks sont fermés et que l’admission générale ne peut accueillir que 500 personnes, l’organisation compte sur la collaboration du public.

Les gens connaissent maintenant, savent comment se comporter en public. Ils connaissent l’hygiène des mains, l’étiquette respiratoire et évidemment la distanciation sociale. On fait confiance aux gens qui vont venir chez nous, lance Dominic Fugère.

Aussi, des pilotes américains ne sont, pour l’instant, pas attendus sur le circuit de Trois-Rivières, mais la porte demeure ouverte.

Pour l’instant, on n’a pas eu de manifestations, personne n’a levé la main du côté des Américains pour venir rouler chez nous. Dans le Défi Urbain Chevrolet, ce serait une possibilité, explique le directeur général de l’événement.

Le nouveau site de vaccination, qui remplace temporairement celui de la Bâtisse industrielle, n’est pas encore connu publiquement. Cependant, les autorités comptent miser sur la popularité du GP3R pour inciter les gens à se faire vacciner.

Avec les informations de Marc-Antoine Bélanger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !