•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Shopify pourrait donner un nouveau souffle aux NFT

Le logo de Shopify sur un bâtiment.

Shopify offre une plateforme de commerce électronique qui permet aux entreprises de créer et d'animer leur propre boutique en ligne.

Photo : Reuters / Chris Wattie

Radio-Canada

Le géant canadien du commerce en ligne Shopify a décidé de faciliter les transactions impliquant des œuvres numériques en jetons non fongibles (NFT), ce qui pourrait leur donner un nouveau souffle.

Particulièrement populaires dans les domaines des arts, du sport et du web, les jetons non fongibles (non-fungible tokens, ou NFT) constituent une sorte de certificat d’authenticité pour une œuvre, dont l’historique de propriété est conservé et accessible publiquement grâce à la technologie de la chaîne de blocs.

Les transactions de NFT passent généralement par des maisons d'enchères, mais voilà que Shopify a commencé à permettre à sa clientèle de vendre des œuvres numériques directement par le biais de son service.

Un collectionneur ou une collectionneuse de NFT peut donc se procurer une œuvre numérique authentifiée de la même manière que tout autre objet sur la vitrine d’une entreprise utilisant la plateforme.

L’entreprise d’Ottawa permet également l’achat de NFT par carte de crédit ou de débit, une offre encore jamais vue sur ce marché, qui utilise généralement la cryptomonnaie Etherum, selon ce que rapporte l’agence Bloomberg.

Les Bulls de Chicago, une équipe de basketball de la NBA, ont été les premiers à tester le service en mettant en vente une collection d'œuvres d’art numérique à l’effigie des six bagues de championnats du monde. Elles se sont écoulées en 90 secondes, selon ce qu’a révélé le vice-président des services aux commerces de Shopify Kaz Nejatian à plusieurs médias.

Ce dernier se veut par ailleurs rassurant quant au sérieux de la démarche : chaque entreprise qui voudra mettre en vente un NFT devra soumettre une preuve qui confirme ses droits sur l'œuvre numérique.

Un nouveau souffle?

La popularité des NFT a explosé ces derniers mois. Plusieurs personnalités à l’origine de mèmes, comme Disaster Girl, Nyan Cat et Bad Luck Bryan, ont pu récolter des sommes importantes après la vente de la version authentifiée de ces pièces de la culture du web.

Jack Dorsey a reçu pour sa part 2,9 millions de dollars américains (3,6 millions de dollars canadiens) pour son premier gazouillis. Mais la transaction la plus importante demeure la mosaïque numérique de l’artiste Beeple, vendue pour 69,3 millions de dollars américains (86,6 millions de dollars canadiens).

Cette tendance montre toutefois des signes d’essoufflement, alors que le nombre quotidien de portefeuilles numériques actifs a chuté d’environ 50 % de la mi-mars à la fin de juin, selon l’observatoire du marché Nonfungible.com.

Avec les informations de TechCrunch, et Bloomberg

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !