•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg enregistre un record de sécheresse en juillet depuis 150 ans

Le soleil brille au-dessus d'un parc à Winnipeg.

Le soleil brille dans le ciel de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Marie-Michelle Borduas

Radio-Canada

Winnipeg a atteint un nouveau record du mois de juillet le plus sec depuis 1873 alors qu’une vague de sécheresse se poursuit depuis 21 mois.

Le météorologue d’Environnement Canada à la retraite Rob Paola qui continue de suivre les conditions météorologiques indique que l’aéroport de Winnipeg a enregistré 8,5 millimètres de pluie au mois de juillet, alors que la moyenne depuis 30 ans est de 75,8 millimètres.

Cela vient alors que la province connaît une vague de sécheresse de 21 mois à dessécher les sources souterraines et aspirer l’humidité du sol.

Le déficit de précipitations en ce moment, depuis 2019, est proche de 400 millimètres maintenant à Winnipeg, note Rob Paola. C’est un sérieux manque de précipitation qu’on doit vraiment rattraper.

Le précédent record de sécheresse en juillet a été établi en 2011 avec 10 millimètres de pluie.

Les effets de cette sécheresse historique peuvent être observés partout, des récoltes qui s’amenuisent, des manques d’eau localement, ou encore la fumée issue des feux de forêt.

Des municipalités rurales du Manitoba ont ainsi déclaré l’état d’urgence local et des éleveurs ont été forcés de vendre une partie de leur bétail en raison du coût de leur alimentation trop élevé.

Le 22 juillet le ministre de l’Infrastructure Ron Schuler indiquait que la rivière Assiniboine était au niveau le plus sec qu’elle ait connu depuis 1961. Le niveau d’écoulement à Headingley était à ce jour de 13,4 mètres cubes par seconde quand il est normalement de 82,7 mètres cubes par seconde.

Toutefois Rob Paola souligne que toutes les régions du sud du Manitoba ne vivent pas le même niveau de sécheresse.

Il y a des zones comme le sud de la vallée Red River dans le sud-est du Manitoba qui ont reçu des quantités substantielles de pluie durant le mois. Mais dans le nord de la vallée, le sud d’Entre-Les-Lacs, c’était historiquement sec, explique-t-il. Il ajoute que les prévisions de précipitations en septembre sont aussi en dessous de la normale.

Avec l’arrivée l’hiver et le printemps, Rob Paola précise que la région a besoin de beaucoup de pluie pour rattraper près de deux ans de déficit en eau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !