•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des juges plus nombreux et plus représentatifs de la diversité sous Joe Biden

La juge Ketanji Brown Jackson prenant la parole.

Ketanji Brown Jackson fait partie des juges qui ont déjà été confirmés dans leurs nouvelles fonctions sous l'administration Biden.

Photo : Associated Press / Tom Williams

Associated Press

Le président Joe Biden et le Sénat des États-Unis à majorité démocrate nomment des juges à un rythme jamais vu chez ses prédécesseurs, incluant l'ancien président Donald Trump.

Huit juges ont déjà été confirmés dans leurs nouvelles fonctions, incluant la candidate potentielle à un siège à la Cour suprême Ketanji Brown Jackson, qui vient d'accéder à la Cour d'appel fédérale à Washington.

Au-delà de 30 autres nominations à la magistrature sont en voie d'être confirmées alors qu'on dénombre un total de 100 sièges à combler.

À ce même moment de l'année, il y a quatre ans, le Sénat sous contrôle républicain avait confirmé seulement quatre nominations de Donald Trump à la magistrature, incluant celle de Neil Gorsuch.

Pendant les deux plus récentes présidences démocrates, en 1993 et en 2009, aucun juge n'avait été nommé avant la fin du mois de juillet.

Les deux derniers présidents démocrates, Bill Clinton et Barack Obama, avaient été lents à nommer des juges, mais les deux avaient la lourde tâche de combler des sièges à la Cour suprême, ce qui avait ralenti le processus.

Jeux de coulisses

Des progressistes ont tenté de convaincre le juge Stephen Breyer de se retirer cet été, mais le leader de l'aile libérale, âgé de 82 ans, a montré qu'il avait la ferme intention d'être en poste au retour de la cour en octobre.

Devant d'immenses rideaux rouges, les quatre juges placés derrière, debout, et les cinq placés devant, assis, sont les sujets d'une photographie officielle.

De gauche à droite en commençant par la rangée du haut, les juges de la Cour suprême américaine, Brett Kavanaugh, Elena Kagan, Neil Gorsuch, Amy Coney Barrett, Samuel Alito, Clarence Thomas, John Roberts (juge en chef), Stephen Breyer et Sonia Sotomayor.

Photo : Getty Images / AFP/ERIN SCHAFF

Ceux qui souhaitaient le départ du juge Breyer n'ont pas caché leur déception, mais ils se réjouissent tout de même de la diversité des nominations annoncées par Joe Biden jusqu'ici. On y voit plus de diversité ethnique, de diversité de genre et même de diversité en matière d'expérience dans le système de justice. Il s'agit d'un important contraste par rapport aux nominations largement dominées par les hommes blancs sous l'administration Trump.

Depuis l'arrivée de l'administration Biden, on voit des avocats du service public, des avocats de droit civique et de mouvements syndicaux accéder à la magistrature aux côtés des nominations plus typiques de procureurs et de juristes de grands cabinets.

La présidente sortante de l'organisation libérale Alliance for Justice, Nan Aron, ne s'en fait pas trop avec la décision du juge Breyer de demeurer en poste. Elle craint cependant que la faible majorité démocrate au Sénat soit éventuellement compromise et qu'un Sénat républicain bloque une nomination démocrate, comme ç'a été le cas lors du décès d'Antonin Scalia en 2016.

Autres nominations

Malgré tout, Mme Aron dit être très heureuse du rythme et de la qualité des nominations de Joe Biden, particulièrement en raison de la diversité des parcours des nouveaux juges.

Parmi les nouvelles nominations, on souligne celle de Tiffany Cunningham, la première femme noire à accéder au banc de la Cour d'appel de Washington, ainsi que celle de Candace Jackson-Akiwumi, la deuxième femme noire seulement à accéder à la Cour d'appel fédérale de Chicago.

On souligne également la nomination de l'avocate de droit civique Myrna Perez à la magistrature de la Cour d'appel fédérale de New York. Elle est la première femme originaire d'Amérique latine à y être nommée depuis le départ de Sonia Sotomayor à la Cour suprême.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !