•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chef du PQ à la recherche d'électeurs en Gaspésie

Le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon en visite à Carleton-sur-Mer

Le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon en visite à Carleton-sur-Mer

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Radio-Canada

Après être passé aux Îles-de-la-Madeleine, le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, vient tâter le pouls des électeurs en Gaspésie.

Le chef péquiste a amorcé sa tournée gaspésienne à Carleton-sur-Mer, dans la circonscription du député indépendant de Bonaventure, Sylvain Roy, qui a quitté le PQ il y a près de deux mois en raison d'une rupture du lien de confiance avec Paul St-Pierre Plamondon.

Même si plusieurs députés ont déserté le Parti québécois ces dernières années, M. St-Pierre Plamondon ne semble pas s'inquiéter outre mesure du fait que son parti ne compte plus que sept élus. Un nouveau cycle va débuter avec les prochaines élections, affirme-t-il. Il y a un renouvellement qui se fait.

Lundi matin, le chef péquiste a d'ailleurs été amené à commenter l’éventuelle candidature de l'avocat et ex-journaliste Alexis Deschênes dans Bonaventure.

Président d'un nouveau conseil exécutif péquiste dans Bonaventure depuis juin, Alexis Deschênes était aux côtés du chef péquiste à Carleton-sur-Mer.

Président d'un nouveau conseil exécutif péquiste dans Bonaventure depuis juin, Alexis Deschênes était aux côtés du chef péquiste à Carleton-sur-Mer.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Pour ne pas s'immiscer dans le processus d'investiture, M. St-Pierre Plamondon est resté plutôt neutre, mais il a tout de même affirmé apprécier énormément le travail dynamique fait par l'exécutif du parti dans Bonaventure, dont M. Deschênes est le président.

Alexis Deschênes continue d'affirmer qu'il envisage sérieusement se présenter à l’investiture. Il dit s'être senti interpellé lorsque Sylvain Roy a quitté le caucus péquiste pour siéger comme indépendant.

Présent lors d'une conférence de presse aux côtés du chef Paul St-Pierre Plamondon, M. Deschênes a précisé qu'il allait faire part de ses intentions officielles lorsque la date d'investiture sera annoncée.

J'envisage sérieusement de me porter candidat à l'investiture, mais la date n'a pas encore été fixée alors ça sera dans plusieurs mois qu'il y aura une décision finale à prendre, a-t-il déclaré. Entretemps, ce que je fais c'est de rebâtir l'organisation et de reconnecter avec les membres et c'est très plaisant et très encourageant.

Alexis Deschênes s'est déjà présenté sous la bannière péquiste dans Trois-Rivières lors des élections de 2014, mais il a été défait.

Les Gaspésiens se sentent abandonnés

Pour reconquérir la circonscription de Bonaventure, le chef péquiste compte bien se porter défenseur des dossiers qui touchent la région. La crise du logement, le manque de places en garderie, l'érosion des berges et l’accès aux services de santé sont au cœur des discussions qu'il a ces jours-ci avec les citoyens, dit-il.

L’accès à un réseau de transport collectif entre les régions et l’équité par rapport aux grands centres figurent aussi parmi les priorités. Les Gaspésiens se sentent abandonnés, juge-t-il.

Le chef du Parti québécois estime qu'il faudrait doter chacune des régions du Québec d'un plan de tourisme durable. Appelé à commenter les défis de cohabitation sur la rivière Bonaventure, il estime que le gouvernement doit se pencher sur la planification d'un tourisme durable, autant pour l'environnement que pour les populations locales.

Le chef est aussi venu montrer qu’il veut remettre la question de l’indépendance au premier plan. J’ai posé et distribué des affiches du Oui un peu partout, a-t-il raconté en entrevue dans l’émission Bon pied bonne heure. Les gens réagissaient. C’est le rôle du chef de remettre à l’agenda notre projet de faire du Québec un pays. Mon rôle c'est d'amener quelque chose de rafraîchissant et d’énergisant.

Paul St-Pierre Plamondon et Joël Arseneau sont sur une plage avec une falaise érodée à l'arrière.

Lors de sa visite aux Îles-de-la-Madeleine, Paul St-Pierre Plamondon s'est rendu sur une plage pour constater le phénomène d'érosion en compagnie du député péquiste madelinot Joël Arseneau (archives).

Photo : Avec l'autorisation du Parti québécois

Selon le chef, pendant la pandémie, il était facile de constater que toutes sortes de décisions prises par Ottawa desservaient les intérêts des Québécois.

C’est encore plus criant en Gaspésie, estime-t-il, avec les questions d’infrastructures, les quais et le transport ferroviaire qu'on voudrait contrôler pour les améliorer en fonction de nos besoins.

À Carleton-sur-Mer lundi, le chef du Parti québécois doit aussi s’arrêter à Gaspé, Saint-Maxime-du-Mont-Louis, Mont-Joli, Matane, Rimouski et Rivière-du-Loup cette semaine.

En collaboration avec Isabelle Larose

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !