•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Turquie et la Grèce luttent toujours contre les feux de forêt

Un feu de forêt, la nuit.

Devant la progression du feu qui menace les villes d'Antalya, de Bodrum et de Marmaris, des centaines de touristes et des habitants ont été évacués dimanche en Turquie.

Photo : AFP / YASIN AKGUL

Radio-Canada

Les feux de forêt font toujours rage en Turquie et en Grèce. L'Union européenne (UE) a envoyé trois avions bombardiers d'eau pour aider la Turquie dans sa lutte contre les incendies qui ont déjà fait huit morts dans le sud du pays. Une nouvelle vague de chaleur doit aussi frapper la Grèce et compliquer le travail des pompiers.

Deux bombardiers d'eau de l'Espagne et un de la Croatie ont été envoyés pour aider la Turquie à combattre le feu.

L'UE est en solidarité totale avec la Turquie en cette période très difficile. [...] Nos pensées vont au peuple turc qui a perdu des êtres chers et aux courageux premiers intervenants qui font de leur mieux pour lutter contre les incendies meurtriers.

Une citation de :Janez Lenarcic, Commissaire européen à la gestion des crises

Sept des 130 incendies qui se sont déclarés en six jours dans le pays sont toujours actifs, a précisé lundi la Direction des forêts de la Turquie. Des centaines de touristes et des habitants ont été évacués, dimanche, devant la progression du feu qui menace les villes d'Antalya, de Bodrum et de Marmaris.

Des volontaires de plusieurs villages touchés se sont organisés pour aider les plus de 4000 pompiers qui luttent sur le terrain. Certains ont pris en charge la collecte et la distribution de matériel pour les sinistrés, alors que d'autres participent directement aux efforts pour maîtriser les flammes.

Sept fois plus destructeurs

La Turquie subit ses pires incendies depuis au moins une décennie, selon des données officielles. Près de 95 000 hectares ont déjà brûlé en 2021, contre une moyenne de 13 516 à ce stade de l'année entre 2008 et 2020.

Le président Recep Tayyip Erdogan a été la cible de critiques lorsqu'il s'est avéré que la Turquie n'avait pas d'avions bombardiers d'eau alors que le problème des incendies s'aggrave dans ce pays où le tiers du territoire est boisé.

Le principal parti d'opposition, le CHP (Parti républicain du peuple, social-démocrate), a reproché au président turc d'avoir démantelé l'infrastructure d'une organisation semi-publique qui détenait des avions bombardiers d'eau.

Avant l'annonce de l'aide de l'UE, la Turquie avait emprunté des avions bombardiers auprès de la Russie, de l'Ukraine, de l'Azerbaïdjan et de l'Iran.

Vague de chaleur en Grèce

Deux incendies font aussi rage en Grèce voisine, sur l'île de Rhodes et dans le nord-ouest du Péloponnèse. Les températures caniculaires devraient dépasser 40 degrés lundi.

Plus de 3000 hectares de pinèdes et d'oliveraies ont brûlé en Achaïe, près de Patras, sur la péninsule du Péloponnèse, selon les estimations de l'Observatoire national d'Athènes. Cette surface pourrait encore augmenter puisque l'incendie, qui s'est déclenché samedi, n'était pas totalement maîtrisé lundi matin, ont indiqué les services météo à l'agence grecque ANA.

Deux hélicoptères viennent chercher de l'eau sous le regard des plaisanciers sur la plage.

Des hélicoptères de l'armée ont prêté main-forte aux pompiers en Grèce au cours du week-end.

Photo : Getty Images / Milos Bicanski

La canicule qui s'est abattue sur la Grèce rend le travail des autorités plus difficile dans cette région où la végétation est asséchée par la chaleur. On attend lundi des températures de 40 à 42 degrés sur les îles, et de 41 à 43 degrés sur le continent, avec des maximums de 44 à 45 degrés dans l'ouest du Péloponnèse et en Thessalie, selon les services de météo.

À Rhodes, cependant, les autorités étaient optimistes, estimant que l'incendie qui s'est déclaré dimanche au centre de l'île était en déclin lundi, sous l'effet d'un renfort important dans la nuit des effectifs et des moyens de lutte contre le feu.

L'aube trouve Rhodes bien mieux que la veille. Les [différents] fronts [de l'incendie] sont en récession et quasiment sous contrôle, a déclaré le gouverneur de la mer Égée du Sud, George Chatzimarkos, dans un communiqué publié lundi matin.

Nous poursuivons notre travail ce matin [lundi], avec des effectifs renforcés et une endurance inépuisable. Il n'y a aucune raison de paniquer.

Une citation de :George Chatzimarkos, gouverneur de la mer Égée du Sud

L’Italie, également touchée par une vague de chaleur, luttait aussi contre des centaines de brasiers au cours du week-end.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !