•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un hommage pour célébrer la mémoire de Thomas Cameron

Des rubans sont accrochés à une barrière

Les proches de Thomas Cameron se sont rassemblés pour célébrer sa mémoire, deux ans après son assassinat au parc Adrien-Cambron.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les proches de Thomas Cameron se sont rassemblés au parc Adrien-Cambron, pour célébrer sa mémoire, et se remémorer les bons moments, au-delà de ce drame.

Cela fait deux ans que le jeune homme a été assassiné. Il a été retrouvé sans vie au parc Adrien-Cambron, le 3 août 2019. Et depuis deux ans, la mère de Thomas compare sa vie à une vie en mer.

Karine Cameron, la mère de Thomas Cameron.

La mère de Thomas Cameron, Karine Cameron, lors du rassemblement qui avait eu lieu l'année dernière.

Photo : Radio-Canada / John Naïs

Quand j'ai su la nouvelle, c'est comme si on me jetait à l'eau dans une grosse tempête à la mer. Et j'avais rien pis au fil du temps, au fil des années les gens m'ont donné de petites bouées, de petites choses. J'ai pu créer un petit radeau, avec le temps le radeau va se solidifier, mais je vais toujours naviguer dans la mer. Des fois ça va être plus doux. Des fois ça va être la grosse tempête.

Une citation de :Karine Cameron, mère de Thomas Cameron.

Malgré la douleur toujours présente, famille et amis avaient pour objectif aujourd’hui de se remémorer les bons moments. Des rubans ont été accrochés par ses proches au parc, à chaque ruban correspond un beau souvenir.

Le jeune homme assis à l'extérieur, souriant

Thomas Cameron.

Photo : Facebook / Karine Cameron

Les proches de Thomas Cameron en ont tous un souvenir positif.

C'était une personne en or! Un ami rare on peut dire. Toujours là pour les autres.

Une citation de :Maxime Hébert, ami de Thomas Cameron.

De tels évènements peuvent avoir un impact important sur le processus de deuil. Souvent les gens vont banaliser des évènements comme ça parce qu'ils ne connaissent pas tout l'impact que ça peut avoir dans une famille, explique le représentant de l'association des familles des personnes assassinées ou disparues, Marcel Bolduc. Ça dépasse aussi la famille immédiate. C'est les amis, c'est les voisins. Tout le monde est concerné par ça.

D'après le reportage d'Arianne Béland.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !