•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des membres de la Première Nation Chipewyan Prairie marchent pour protester

Le chef Vern Janvier marche avec d'autres personnes sur le bord de l'autoroute.

Le chef Vern Janvier en compagnie de marcheurs devrait arriver à Ottawa dans 4 semaines environ.

Photo : Radio-Canada / Source : Facebook @Blinding Light Walk - Tiger Lily

Radio-Canada

Des membres de la Première Nation Chipewyan Prairie marchent actuellement depuis Sudbury en direction d'Ottawa à raison de 20 kilomètres par jour.

Ils marchent sur les abords des autoroutes afin de partager la douleur des enfants qui ont vécu dans les pensionnats pour Autochtones, mais aussi afin de protester contre plusieurs dispositions de la Loi sur les Indiens du Canada.

Il fallait que je marche! Que ceux qui veulent me suivre le fassent.

Une citation de :Vern Janvier, chef de la Première Nation Chipewyan Prairie

La marche Blinding Light s'est ébranlée le premier juillet dernier, le jour où le chef Janvier a affirmé avoir eu une vision troublante, mettant en scène des membres du clergé chrétien et des bébés.

Le chef Vern Janvier porte un maquillage et une peau d'ours en guise de couronne.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef Vern Janvier veut éliminer certaines prérogatives du Gouvernement canadien obtenues grâce à la Loi sur les Indiens.

Photo : Radio-Canada / Source : Facebook @Blinding Light Walk - Tiger Lily

M. Janvier explique que c’est cette vision qu’il l'a poussé à lancer l'initiative.

Ce jour-là, avec quelques aînés et des plus jeunes, nous avons marché 26 kilomètres sous une température de 47 degrés.

Une citation de :Vern Janvier, chef de la Première Nation Chipewyan Prairie

Le chef Vern Janvier rappelle que leurs souffrances ne sont en rien comparables à celles vécues par les enfants des pensionnats pour Autochtones.

Il souligne au passage le soutien constant des automobilistes qui croisent leur chemin.

Des revendications concrètes

Si la marche revêt un caractère très spirituel, les revendications de ses participants, elles, sont concrètes.

Le chef Janvier veut notamment que les Premières Nations décident par elles-mêmes qui peut avoir le statut de membre. À l'heure actuelle, c'est le gouvernement du Canada qui a cette prérogative.

D'ailleurs, selon les marcheurs, la réconciliation passe par la réforme de la Loi sur les Indiens.

Le périple du chef Janvier et de ses marcheurs devrait durer environ quatre semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !