•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première étape réussie pour le rallye de l’auto solaire de Polytechnique

Le prototype de voiture électrique dans le Vieux-Québec.

Le prototype de voiture solaire parcourt les routes du Québec jusqu'au 7 août.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Érik Chouinard

Esteban, la voiture solaire de Polytechnique Montréal, a franchi la première étape de son rallye transquébécois de huit jours en arrivant à Québec, dimanche.

Ça fait trois ans qu’on travaille sur ce projet-là, et c’est sa première expérience sur les routes du Québec, explique Gabrielle Boismenu, codirectrice affaires du projet et étudiante de troisième année en génie chimique.

L’équipe est partie de Repentigny samedi matin et doit se rendre jusqu’en Gaspésie pour ensuite revenir à Bécancour, un total d’environ 2000 km. On fait ça pour promouvoir les énergies renouvelables et prouver que l’énergie solaire a beaucoup de puissance, affirme Mme Boismenu.

Gabrielle Boismenu, en entrevue devant le prototype.

Gabrielle Boismenu, codirectrice affaires du projet Esteban et étudiante de troisième année en génie chimique

Photo : Radio-Canada

Avec quelques ajustements en cours de route et une arrivée tardive à Québec samedi, l’équipe du rallye demeure assez confiante pour la suite.

Ça s’est super bien passé, on est très contents de notre première journée. Il y a quand même beaucoup de côtes sur notre parcours. On ne pourra peut-être pas toutes les faire, mais c’est vraiment pour nous, pour tester notre véhicule et voir jusqu’où il peut aller, concède Gabrielle Boismenu.

Vue de l'intérieur du véhicule.

L'habitacle est juste assez grand pour accueillir deux personnes.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Une première à deux passagers

La réalisation n’est pas simple, même si c’est le dixième prototype de Polytechnique depuis le début du projet en 1998. Il s'agit là du premier pouvant embarquer deux personnes. On s'est dit qu’on serait capables de relever un nouveau défi, d’ajouter un nouveau passager et de recommencer à zéro, avec une base de connaissances, évidemment, mais avec toute la mécanique et l’électronique modifiées, indique la codirectrice affaires du projet.

Une douzaine de membres de l'équipe prennent la pose derrière le prototype.

Quatorze des membres de l'équipe du projet participent au rallye.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Pour y arriver, une trentaine d’étudiants de différents programmes ont mis la main à la pâte. C’est vraiment un gros travail d’équipe qui demande les connaissances de tout le monde. C’est parascolaire, donc il n’y a pas de professeurs, et ce n’est pas un cours. On fait ça dans nos temps libres, précise Gabrielle Boismenu.

Cette année, en plus, les étudiants sont arrivés à avoir une parité hommes-femmes au sein de l’équipe du rallye. À Polytechnique, on est environ 70 % de gars et 30 % de filles, donc on est vraiment contents de pouvoir dire qu’on est un projet à 50-50, se réjouit l’étudiante en génie chimique.

S’adapter au contexte sanitaire

À cause de la pandémie, l’équipe du projet a dû revoir ses plans, et c’est ainsi que la décision de traverser le Québec a été prise.

Habituellement, il y a une compétition internationale aux États-Unis, l’American Solar Challenge, à laquelle on participe à chaque deux ans. Elle avait lieu cette année, mais avec les mesures de quarantaine et tout, on a décidé de faire une simulation de compétition au Québec pour éviter les incertitudes, souligne Gabrielle Boismenu.

Vue du derrière du prototype.

Des panneaux solaires recouvrent une grande partie de la superficie du véhicule.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Plutôt que d’aller compétitionner à l’international, l'équipe montre sa voiture solaire aux Québécois et fait la promotion des énergies renouvelables. Les gens sont tous vraiment curieux. Ils viennent voir le prototype et veulent savoir comment il fonctionne, et on est vraiment contents de pouvoir leur expliquer, affirme l’étudiante.

Pour la suite du parcours, un prochain arrêt est prévu à Beaupré, et la journée de dimanche se terminera à Tadoussac. L'équipe prévoit une arrivée en Gaspésie vers le 3 ou 4 août.

Avec les informations de Kassandra Nadeau-Lamarche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !