•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec en tête des destinations touristiques canadiennes

Le Château Frontenac et le ciel bleu.

Le château Frontenac

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy-Roussel

Érik Chouinard

Mission accomplie pour le tourisme à Québec. En cette dernière journée du congé de la construction, le bilan préliminaire est déjà très encourageant, puisque Québec trônait au sommet du palmarès des destinations les plus prisées du pays pendant la semaine du 18 au 24 juillet.

Le taux d'occupation des hôtels de la capitale était de 58,7 % lors de la première semaine des vacances de la construction. Les données pour la deuxième semaine du congé devraient être connues dans les prochains jours.

On a le meilleur taux d’occupation dans les hôtels de toutes les grandes villes au Canada!, s’exclame avec joie le directeur général de l'Office du tourisme de Québec, Robert Mercure.

Québec devance ainsi Vancouver, Halifax et Calgary, ce qui était le souhait de l’Office du tourisme au début de l’été. Et, par rapport à l’an passé, le taux d’occupation a augmenté de plus de 50 % dans la capitale.

Le graphique montre le taux d'occupation des villes, selon la semaine, depuis le début de l'année 2021.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Graphique du taux d'occupation hôtelier selon la destination canadienne

Photo : Gracieuseté : Office du tourisme de Québec

La directrice générale de l'Association hôtelière de la région de Québec (AHRQ), Marjolaine de Sa, s’en réjouit. On est très content! On va avoir des chiffres pour le mois de juillet d’environ 60 % de taux d’occupation en incluant Lévis, comparé à environ 30 %, l’été dernier, souligne-t-elle.

On sent qu’il y a une demande refoulée pour notre belle région, les gens veulent visiter ou revisiter et découvrir Québec. On est une destination de qualité et de choix, affirme Robert Mercure pour expliquer le succès de la région.

Les rues du Vieux-Québec étaient tout de même achalandées en ce dernier dimanche des vacances.

Les rues du Vieux-Québec étaient tout de même achalandées en ce dernier dimanche des vacances.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Il reste encore du chemin à parcourir pour revenir aux taux d’avant la pandémie. On n’est pas encore sorti du bois, les étés avant la pandémie on touchait souvent les 80-90 % d’occupation, relate le directeur général de l'Office du tourisme.

Coup d’éclat marketing

La Ville de Québec avait parié gros sur la reprise du tourisme, offrant entre autres une carte-cadeau de 75 $ avec chaque réservation de deux nuitées ou plus dans les établissements participants.

Selon Marjolaine de Sa, la réussite de cette campagne promotionnelle explique en partie les données encourageantes de l’été. D’habitude, un touriste de proximité, donc pour nous un Québécois, va demeurer 1,3 nuit à Québec et là, on a vu une augmentation à 2,3 nuits pour le mois de juillet. La campagne est un franc succès, relate-t-elle.

Marjolaine de Sa en entrevue par visioconférence.

La directrice générale de l'Association hôtelière de la région de Québec, Marjolaine de Sa.

Photo : Radio-Canada

L’Office du tourisme de Québec a lui aussi misé fort en lançant une campagne publicitaire de 3 millions $ au mois de mai. La réponse a été très bonne. C’est du jamais-vu, on a eu plus que 35 millions de visionnements pour notre campagne de promotion québécoise et ontarienne. Ça dépasse toutes nos cibles et nos attentes, s’étonne presque le directeur de l’Office.

De plus en plus de touristes de l’extérieur

Au début du mois de juillet, les visiteurs étaient en grande majorité des Québécois. Ceux-ci représentaient 80 % des touristes dans la capitale, selon Marjolaine de Sa. À mesure que le mois a progressé, de plus en plus de gens de l’extérieur sont venus.

On commence à voir des Ontariens et des gens des Maritimes, comme c’est un long week-end, le congé civique, partout au pays. Donc, on a beaucoup de touristes hors Québec et on sent un engouement des Américains, quelques réservations commencent à rentrer pour la fin du mois d’août, remarque la directrice générale de l'AHRQ.

Depuis la pandémie, il est plus difficile de prévoir à quoi ressemblera le portrait du tourisme dans la région. Le marché est beaucoup rendu à la dernière minute. Les gens veulent plus réserver 2-3 jours à l’avance plutôt que 2-3 semaines, mais la demande est là, c’est ça la bonne nouvelle, les gens veulent venir à Québec, explique Robert Mercure.

Du mobilier rappelant la plage a été installé à la place D'Youville.

Privée de ses grands événements cette année, la Ville de Québec a mis les bouchées doubles pour mettre de l'ambiance et animer son territoire.

Photo : Radio-Canada / Christiane Latortue

Même si l’été n’est pas encore terminé, Marjolaine de Sa s’attend à ce que les taux d’occupation commencent à diminuer quelque peu à mesure que les vacances se terminent. On s’attend encore à un bon mois d'août, mais c’est sûr que ça va retomber quand la masse québécoise va retourner à l’école et au travail, dès septembre. On va voir une diminution, concède-t-elle.

Elle espère toutefois qu’une reprise du tourisme d’affaires pourra permettre de conserver une certaine affluence dans les établissements hôteliers de la région. Le tourisme d’affaires pourrait reprendre, dès septembre, on s’attend à des taux d’occupation de 30 à 40 %, avance la directrice générale de l'AHRQ.

La pénurie de main-d'œuvre jette un peu d’ombre

Selon Marjolaine de Sa, le manque de main-d'œuvre dans le secteur hôtelier a tout de même empêché les établissements de fonctionner de façon optimale. On a 12 % de nos chambres qui sont fermées dû au manque de main-d'œuvre. Peut-être que dans nos meilleures fins de semaine, on aurait pu frôler le 80 % d’occupation, relate-t-elle.

Robert Mercure et elle affirment qu’il s’agit de l’un des enjeux principaux dans le secteur et qu’on doit l'aborder.

Robert Mercure à la place Royale, dans le Vieux-Québec.

Le directeur général de l'Office du tourisme de Québec, Robert Mercure

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Comme piste de réponse, le directeur de l’Office du tourisme croit qu’il faut continuer à vanter les qualités touristiques de la région toute l’année, pas seulement l’été. En stimulant la demande à longueur d’année, plus de gens voudront retourner travailler dans l’industrie et ils auront plus d’heures à long terme aussi, estime-t-il.

Avec la collaboration de Colin Côté-Paulette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !