•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs méfaits sur des affiches historiques à Matane causent la consternation

Un panneau représentant des policiers en 1949 a été vandalisé : on peut y lire «ACAB» et «666».

Un des panneaux historiques du parc des Îles a été dégradé.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À Matane, un vol d'affiches sur la Promenade des capitaines et la dégradation d'une affiche historique aux parc des Îles sèment la consternation.

Depuis le début du mois de juillet, plus de 125 affiches représentant des photos grand format de cartes postales datant du 19e siècle jusqu'à nos jours sont affichées sur la promenade des Capitaines, qui longe l'embouchure de la rivière.

Les deux affiches volées traitent du transport: une représente la compagnie Matane Air Service et l'autre, l’arrivée du premier train à Matane.

La disparition a été constatée samedi. Selon l'un des deux instigateurs du projet, le photographe à la retraite Normand Ouellet, il s'agit bien d'un vol.

Ce n'est pas du vandalisme; c'est du vol parce qu'elles ont été soigneusement retirées. On voit les attaches de plastique qui jonchent le bord de la rivière. C'est donc qu'on a pris soin de couper pour ne pas briser.

Sur 125, on en a volé 2. Il faut croire que notre travail plaît trop!

Une citation de :Normand Ouellet, instigateur du projet
La promenade des Capitaines, à Matane.

Deux affiches des cent vingt-cinq affiches de l'exposition sur la promenade des Capitaines ont été volées.

Photo : Radio-Canada

Un tel méfait n’est pas une surprise pour Normand Ouellet.

L'an passé, on avait installé des affiches dans le même genre. Une avait été coupée. Ça, c'était vraiment du vandalisme.

Les instigateurs du projet vont réimprimer les affiches volées et les réinstaller à leur emplacement.

Un des panneaux historiques du parc des Îles a aussi été dégradé.

Normand Ouellet espère toutefois pouvoir nettoyer ce méfait.

Au moment de publier, la Ville de Matane n'avait pas réagi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !