•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Ottaviens célèbrent le premier Jour de l’émancipation au pays

Des gens protégés par des parapluies regardent le drapeau monter.

Le drapeau panafricain a été levé à l'hôtel de ville d'Ottawa dans le cadre du Jour de l'émancipation, le 1er août 2021.

Photo : Facebook @West Indian Youth Association of Ottawa

Radio-Canada

Des organismes communautaires d’Ottawa ont célébré dimanche le premier Jour de l’émancipation officiellement reconnu au Canada. Différentes activités ont été prévues pour souligner l’événement et inviter la population à prendre un temps de réflexion.

Nous avons accompli certaines choses, mais il reste du chemin à parcourir. C’est loin d’être terminé, il reste beaucoup de travail à faire, estime Ingrid John-Baptiste, présidente de l'Association de Trinidad et Tobago d’Ottawa.

En tant qu’individus – et tout le Canada en fait – nous devons reconnaître la signification de l’émancipation de nos ancêtres, parce que si nous n’accordons pas d'importance à notre histoire, personne ne le fera pour nous, ajoute celle qui a organisé pendant plusieurs années des activités dans le cadre du Jour de l’émancipation au début des années 2000.

C'est la célébration de notre liberté, de l’effort de nos ancêtres qui se sont battus très fort pour que nous soyons où nous sommes aujourd’hui.

Une citation de :Jayeur Joseph, présidente et fondatrice, West Indian Youth Association of Ottawa

La West Indian Youth Association of Ottawa a tenu en avant-midi une cérémonie et un lever du drapeau panafricain à l’hôtel de ville d’Ottawa. Des représentants politiques et des membres de la communauté ont pris la parole en différentes langues africaines et caribéennes, dont le swahili, le yoruba et le créole, en plus du français, de l’espagnol et de l’anglais.

C’est une sensation formidable de savoir que ce moment de l’histoire est reconnu et qu’il doit être célébré. D’être entourés de gens qui proviennent de différentes cultures, particulièrement de la communauté afro-caribéenne, ça génère un sentiment d’appartenance et de libération, et une prise de conscience, soutient la présidente et fondatrice de l'association, Jayeur Joseph.

Elle souhaite que ce premier Jour de l’émancipation célébré nationalement incite les Canadiens à réfléchir, à rendre hommage au passé et à célébrer leur liberté.

Un message partagé par la présidente de Black History Ottawa. June Girvan souligne l’importance de travailler ensemble pour le changement. En parler fait partie du privilège, faire quelque chose fait partie du travail à faire, souligne-t-elle.

Le 24 mars dernier, la Chambre des communes a adopté à l’unanimité la décision de célébrer au pays le Jour de l'émancipation. La Slavery Abolition Act, la loi sur l’abolition de l’esclavage, est entrée en vigueur le 1er août 1834 dans l’Empire britannique.

D’après les informations de Kimberley Molina

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !