•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Jeux olympiques créent un engouement pour la planche à roulettes

Quatre jeunes font du skate dans le parc ce skate lors d'une journée ennuagée.

Le parc de planche à roulettes de Baie-Comeau.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Fage

Radio-Canada

L'arrivée de la planche à roulettes comme nouvelle discipline aux Jeux olympiques crée un enthousiasme chez plusieurs adeptes de ce sport, à Baie-Comeau et à Rimouski.

Naomie Minier a découvert cette année une nouvelle passion pour ce sport. J'avais vu du monde faire du skate, je me suis dit que ça avait l'air le fun, donc je me suis lancée dans le skate, raconte la jeune fille de 11 ans.

Deux jeunes filles se pratiquent sur une planche à roulette.

Naomie Minier pratique régulièrement la planche à roulettes.

Photo : Radio-Canada / Camille Lacroix

Au parc de planche à roulettes de Baie-Comeau, les jeunes sont heureux de voir que leur sport est officiellement devenu une discipline olympique.

La qualification de la Québécoise Annie Guglia aux Olympiques est un signe de persévérance, pense la jeune planchiste.

Ça fait qu'il faut pratiquer dans la vie et il faut persévérer.

Une citation de :Naomie Minier, adepte de planche à roulettes

Frédérick Cloutier fait de la planche à roulettes depuis une vingtaine d'années. Selon lui, officialiser cette nouvelle discipline aux Jeux de Tokyo démocratise la pratique : ça permet de le considérer comme un sport, pas juste comme des personnes qui font du grabuge dans les villes. Et ça peut permettre d'avoir de plus belles infrastructures.

Frédérick Cloutier tient sa planche à roulette devant le skate park.

Frédérick Cloutier pratique la planche à roulettes à Baie-Comeau.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Fage

Un risque pour la culture de la planche à roulettes

Certains planchistes ne voient pas la chose du même œil. À Rimouski, Yan Tremblay craint de perdre la culture propre à la pratique, qui a pris naissance dans les années 1940 dans les rues de l'Ouest des États-Unis.

Je pense que le skate c'est une culture pour avoir du plaisir et non pour être compétitif ou se faire dire quoi faire. C'est pas walk in the line; c'est sois libre, fais ce que tu veux et exprime-toi. C'est ça que j'ai peur qu'on perde finalement , s’inquiète le planchiste.

Un porte une casquette et des lunettes. Il est placé devant un skate parc.

Le Rimouskois Yan Tremblay est notamment le fondateur du projet 45 à Montréal, un vaste parc de planche à roulettes DIY (Do It Yourself).

Photo : Radio-Canada / Alain Fournier

C'est parce que ça vient de la rue et ça ne prenait pas beaucoup d'argent pour en faire. Quand j'étais jeune, on n'était pas nécessairement fortuné. Ça prenait une planche et une paire de souliers et on pouvait faire du sport partout, ajoute Yan Tremblay.

La trottinette gagne aussi en popularité

La coordonnatrice sports et loisirs à la Ville de Rimouski, Sophie Bérubé, observe que la trottinette gagne du terrain dans le parc à planche à roulettes. Tous les avant-midi de fin de semaine, les jeunes peuvent participer à des ateliers de planches à roulettes et la trottinette est de plus en plus populaire au skate parc, actuellement, relate-t-elle.

Sophie Bérubé devant le skate park de Rimouski.

Sophie Bérubé est coordonnatrice sports et loisirs à la Ville de Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Alain Fournier

À Baie-Comeau, même les jeunes adeptes de trottinette sont heureux de voir la planche à roulettes aux Jeux olympiques. C’est le cas de Loïc Gauthier qui préfère la trottinette, mais reste impressionné par les performances des athlètes planchistes. Ça prend du talent pour se rendre là. Le skate, c'est vraiment difficile comme sport, lance-t-il.

Avec la popularité grandissante pour la trottinette, Loïc Gauthier espère voir un jour son sport aux Jeux olympiques. D'ici là, il se contentera d'écouter les compétitions de planche à roulettes à Tokyo, les 4 et 5 août prochains.

Avec les informations de Camille Lacroix

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !