•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ventes d'armes à feu atteignent des sommets aux États-Unis

Ces records affectent d'ailleurs le nombre de munitions disponibles pour les tireurs, qui se voient privés de séances d'entraînement.

Une boîte de balles pour arme à feu.

Pour faire face à la pénurie, les instructeurs des forces de l'ordre ont réduit le nombre de coups tirés par exercice.

Photo : getty images/istockphoto / prill

Radio-Canada

Aux États-Unis, la pandémie a provoqué des ventes records d'armes à feu et entraîné une pénurie de munitions qui affecte les forces de l'ordre, les chasseurs et des citoyens. La situation empêche même les nouveaux propriétaires de s'entraîner, un exercice pourtant nécessaire pour s’assurer de manipuler son arme en toute sécurité.

L'insécurité engendrée par la crise sanitaire en 2020, en plus de la hausse des crimes violents, a incité des millions de personnes à acheter des armes à feu pour se protéger. Même si les usines ont continué à produire des munitions, les ventes ont largement dépassé la capacité de production des États-Unis.

Lorsqu'il y a un sentiment accru d'instabilité, de peur et d'insécurité, plus de gens achètent des armes à feu, explique Ari Freilich, du Centre juridique Gifford pour la prévention de la violence armée.

Il ajoute que plus les réserves diminuaient, plus les propriétaires d'armes à feu amassaient des munitions. Au début de la pandémie, nous avons vu des gens accumuler du papier toilette, du désinfectant, et maintenant ce sont des munitions.

Les premiers acheteurs ne peuvent ainsi pas s'entraîner à utiliser leurs nouvelles armes, alors que c'est au stand de tir qu'ils acquièrent des compétences fondamentales, comme l'importance de pointer son arme vers une direction sécuritaire et garder les doigts éloignés de la détente jusqu'à ce qu'ils soient prêts à tirer, explique Jason Wuestenberg, directeur de l'Association nationale des instructeurs d'armes à feu des forces de l'ordre.

Ce n'est pas parce que vous achetez une guitare que vous êtes guitariste, ajoute l'instructeur. Certains croient qu'ils sont protégés si quelqu'un entre chez eux par effraction parce qu'ils ont déjà tiré sur une cible à 5 mètres. Mais non, vous devez sortir et vous entraîner avec.

20 millions d'armes à feu vendues en 2020

La Fondation nationale des sports de tir affirme de son côté que plus de 50 millions de personnes participent à des sports de tir aux États-Unis et que 20 millions d'armes ont été vendues l'année dernière, dont 8 millions à de premiers acheteurs.

Si les 8,4 millions d'acheteurs d'armes veulent tous acheter une boîte de 50 cartouches, cela va représenter 420 millions de cartouches, affirme le porte-parole de la fondation, Mark Oliva.

Un pistolet et ses balles.

Un 9 mm et ses balles.

Photo : getty images/istockphoto / sbayram

Le National Instant Criminal Background Check System du FBI a également documenté une augmentation des ventes : en 2010, il y a eu 14,4 millions de vérifications d'antécédents pour les achats d'armes à feu. Ce chiffre est passé à près de 39,7 millions en 2020 et à 22,2 millions pour le mois de juin 2021 seulement.

Aucune donnée n'est disponible pour les munitions, leur vente n'est pas réglementée et aucun permis n'est nécessaire pour les vendre.

Moins d'inscriptions chez les forces de l'ordre

Ces pénuries se sont d'ailleurs répercutées chez les policiers. Nous avons eu un certain nombre d'instructeurs d'armes à feu qui ont annulé leur inscription à nos cours parce que leur agence était à court de munitions ou qu'ils ne pouvaient pas en trouver, explique Jason Wuestenberg.

Même problème pour Doug Tangen qui est instructeur en armes à feu à la Commission de formation en justice pénale de l'État de Washington. Il y a quelques mois, nous étions à un point où nos étagères étaient presque vides de munitions de 9 mm, a-t-il déclaré.

Pour faire face à cette pénurie, les instructeurs ont réduit le nombre de coups tirés par exercice, ce qui leur a permis de tenir plusieurs mois jusqu'à l'arrivée de nouvelles munitions, a précisé l'instructeur Tangen.

L'armée américaine n'est pas touchée par la pénurie, car elle produit ses propres munitions.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !