•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 200 machines à coudre usagées de Rivière-du-Loup vont se rendre en Afrique

Sow Papa Noël devant sa boutique.

Noël Sow, dit "Papa Noël", devant sa boutique.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Ross

Radio-Canada

À Rivière-du-Loup, près de 200 machines à coudre usagées vont parcourir plus de 9000 kilomètres, jusqu'en Afrique de l'Ouest, dans le cadre du projet d'un Louperivois qui souhaite fonder une école de couture au Mali et au Burkina Faso.

Le hasard a réuni Noël Sow – que plusieurs Louperivois surnomment "Papa Noël – et Jean-Marie Veilleux, deux Louperivois passionnés d'artisanat. Ce dernier collectionne depuis 20 ans des machines à coudre.

J'avais déjà fait des démarches cet hiver, pendant la pandémie, pour envoyer des machines à coudre en Afrique. C'était vraiment compliqué; il fallait que les machines soient toutes vérifiées.

Jean-Marie Veilleux.

Jean-Marie Veilleux

Photo : Radio-Canada / Sébastien Ross

C'est à ce moment qu'il pense à la Boutique africaine Chez Papa Noël de Rivière-du-Loup. Coup de théâtre: son propriétaire, Noël Sow, a aussi comme projet de former de jeunes élèves à la couture.

Celui-ci hérite ainsi de 200 machines à coudre.

J'étais ému et j'étais content. J'étais encore plus ému quand j'ai vu que c'était 200 machines.

Une citation de :Noël Sow

Pour réaliser son projet d'envergure, l'entrepreneur multiplie les démarches.

Je suis en train d’écrire le projet et je vais le déposer au fédéral comme au provincial. Ma communauté louperivoise que j'adore, je sais qu'ils vont me donner plein de coups de main. Les gens m'ont déjà envoyé des manteaux et d’autres choses pour le projet. Je vais les prendre, mais je dois aussi réussir à les envoyer vers l’Afrique.

Des machines à coudre.

Des machines à coudre.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Ross

Réussir à les expédier représente tout un défi : le transport maritime mondial tourne au ralenti depuis plusieurs semaines à cause d'une pénurie de conteneurs.

Noël Sow espère toutefois pouvoir outiller les jeunes qui pourraient fréquenter cette école de couture.

Ça va aider mes jeunes frères qui sont encore en Afrique pour pouvoir subvenir aux besoins de leur famille en apprenant un métier. J'ai vu aussi mon jeune cousin au Mali, qui était très jeune et qui aujourd'hui est devenu un maître de la couture.

Toute aide sera bien accueillie par le propriétaire de la Boutique africaine Chez Papa Noël, afin de mettre sur pied le projet qu'il souhaite communautaire.

D'après un reportage de Shanelle Guérin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !