•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mairesse de Chandler accuse son remplaçant de diffamation

La mairesse Louisette Langlois dans la salle du conseil municipal de Chandler.

Louisette Langlois accuse Bruno-Pierre Godbout de diffamation (archives).

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

De retour en poste après six mois de suspension, la mairesse de Chandler, Louisette Langlois, met en demeure le conseiller municipal de Newport, Bruno-Pierre Godbout, qui l'avait remplacée à titre de maire par intérim.

Elle accuse le conseiller de diffamation pour des publications et des commentaires partagés sur sa page Facebook.

La mise en demeure mentionne que ces publications engendreraient une série de commentaires haineux et inappropriés d'utilisateurs qui interagissent avec la page Facebook de Bruno-Pierre Godbout. Selon le document, le conseilleur contribuerait à cette situation par ses interactions avec les commentaires.

Bruno-Pierre Godbout avait remplacé Mme Langlois en tant que maire par intérim durant les six mois de suspension de la mairesse par la Commission municipale du Québec. Elle avait été accusée de manquements au code d'éthique et de déontologie.

De son côté, le conseiller de Newport ne trouve rien de problématique dans ses publications sur le réseau social.

Tout ce que je publie sur Facebook, c'est informatif pour la population et les citoyens. C'est public, avance-t-il.

Un homme se fait interviewer sur une plage. Derrière lui, on voit la mer et un sauveteur.

Bruno-Pierre Godbout, conseiller municipal, quartier Newport à Chandler (archives).

Photo : Radio-Canada

Il rappelle que Mme Langlois a été reconnue coupable de 20 manquements au Code d'éthique et de déontologie par la Commission municipale du Québec et que la Ville réclame 270 000 $ à la mairesse, soit les frais engagés pour sa défense devant la Commission municipale du Québec.

C'est de l'information disponible au public, donc je ne pense pas que ça soit diffamatoire, soutient-il.

La mairesse Langlois met en demeure Bruno-Pierre Godbout de supprimer de Facebook toutes les publications la concernant. Elle demande aussi un message de rétractation et d'excuses sur sa propre page et sur celle du Journal de Québec.

Le principal intéressé ne compte pas obtempérer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !