•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vigilance OGM demande aux municipalités d'interdire les pesticides comme à Laval

« Si Laval l'a fait, on peut le faire dans toutes les autres municipalités du Québec », soutient un porte-parole de l'organisme.

Image d'un gazon bien vert vue au ras du sol.

Vigilance OGM veut inciter les élus et les candidats municipaux des prochaines élections à bannir l'usage esthétique des pesticides sur leur territoire.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Quelque 500 petits drapeaux blancs ont parsemé symboliquement samedi une partie du parc Bernard-Landry , à Laval, afin d'inciter les élus et les candidats municipaux des prochaines élections à bannir l'usage esthétique des pesticides sur leur territoire.

L'initiative de Vigilance OMG visait aussi à féliciter la Ville de Laval. Celle-ci est devenue ce printemps la première municipalité au Québec à avoir interdit l'utilisation des pesticides à base de glyphosate et de néonicotinoïdes sur les pelouses résidentielles et des parcs.

Vigilance OGM souhaite que d'autres municipalités emboîtent le pas pour éviter que la population soit exposée inutilement à ce type de produits.

Si Laval l'a fait, on peut le faire dans toutes les autres municipalités du Québec. Laval est aux prises avec les mêmes enjeux. Il n'y a pas vraiment de raisons de ne pas aller de l'avant, a soutenu la responsable de la campagne Sortir du glyphosate pour Vigilance OGM, Laure Mabileau.

L'installation des petits drapeaux blancs évoque ceux utilisés pour indiquer que des pesticides viennent d'être répandus sur un terrain. C'est pour rappeler la hauteur de notre exposition aux pesticides, a expliqué Mme Mabileau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !