•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prêtre Rhéal Forest ne pourra plus entrer dans la Première Nation Bloodvein

Rhéal Forest en train de participer à une cérémonie religieuse.

Le prêtre Rhéal Forest a affirmé dans un sermon que les survivants des pensionnats pour Autochtones mentaient pour obtenir plus d'argent du fédéral.

Photo :  Facebook / St. Emile Parish

Radio-Canada

La Première Nation Bloodvein, située à 210 kilomètres au nord de Winnipeg, interdira au prêtre Rhéal Forest d’entrer dans la communauté en raison de ses propos offensants sur les pensionnats pour Autochtones.

Vendredi, le chef de la Première Nation Bloodvein, Derek Cook, a annoncé qu’une résolution du conseil de bande avait été proposée pour exclure le prêtre de la communauté où il a déjà vécu et travaillé.

Cette résolution devrait être signée par le conseil lundi.

J’espère qu’il se conformera au processus et qu’il respectera notre décision, a déclaré le chef Cook, en affirmant que Rhéal Forest, qui ne travaillait plus à Bloodvein depuis quelques années, y retournait en visite de temps en temps.

Les aînés de la communauté qui le connaissaient depuis de nombreuses années ont été choqués et attristés par ses récents commentaires sur les survivants des pensionnats pour Autochtones, a-t-il précisé.

Le prêtre Rhéal Forest a notamment affirmé que des survivants des pensionnats mentent au sujet des abus sexuels pour obtenir plus d’argent du processus de règlement avec le gouvernement fédéral.

Ces propos, ainsi que d’autres déclarations incendiaires, ont été prononcés pendant des messes qu’il célébrait à l’église catholique romaine de St. Emile, à Winnipeg, et qui ont été publiées sur Facebook.

L’archidiocèse de Saint-Boniface a depuis présenté ses excuses et a retiré les vidéos. Il a aussi interdit au prêtre de prendre la parole en public, de prêcher et d’enseigner.

Selon Derek Cook, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) sera responsable de faire appliquer la résolution du conseil de bande. [Une visite du prêtre] serait considérée comme une intrusion, a-t-il affirmé.

La communauté a l’intention de discuter de la situation avec l’archidiocèse.

Il sera aussi question de l’avenir de l’Église catholique dans cette communauté, où elle loue un terrain, affirme le chef Cook.

Ligne bilingue d'appui pour les survivants des pensionnats pour Autochtones : 1 866 925-4419

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !