•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux hommes veulent collaborer avec la Ville pour créer des logements abordables

L'ancien monastère des Franciscains

L'ancien monastère des Franciscains pourrait être transformé en logements abordables, selon son propriétaire.

Photo : Radio-Canada / Jean Arel

Radio-Canada

Plus tôt cette semaine, le maire de Sherbrooke a lancé un appel aux propriétaires pour qu'ils fassent leur part afin de contrer la pénurie de logements. Cet appel a été entendu par deux hommes d'affaires, qui se disent prêts à collaborer avec la Ville pour offrir des logements abordables.

James Akbari et Martin Coulombe ont acheté l'ancien monastère des Franciscains et l'ancienne maison des sœurs missionnaires de Notre-Dame des Anges, dans l'arrondissement de Lennoxville, dans le but d'y aménager un futur parc immobilier. Ils se disent prêts à accueillir des familles dans le besoin en transformant ces bâtiments en logements abordables.

Quand ils ont vu que le maire levait la main, ils ont fait la même chose. Ils ont chacun une bâtisse et ils seraient prêts à s'asseoir avec la ville pour voir quelles sont les possibilités et passer à l'avant, passer à l'action immédiatement, explique Yvan Robitaille, le responsable des relations avec la communauté des Boisés Lennox inc., dont James Akbari est le président.

M. Robitaille ajoute que, dans l’ancien monastère, il serait possible d'installer de 30 à 35 appartements abordables. L’ancien couvent pourrait en accueillir plus de 40.

Des terrains à cinq minutes du centre-ville, à cinq minutes de l'autoroute, c'est impossible qu'un jour, on ne puisse pas faire quelque chose avec ça. Ce serait malheureux dans le contexte actuel où des familles sont à la rue et sans toit, que la ville ou les instances gouvernementales ne donnent pas l'aval pour qu'on puisse faire quelque chose avec ça, ce serait insensé, s’exclame-t-il.

Une nouvelle vie pour des bâtiments historiques

Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, souhaite accompagner ces investisseurs pour accélérer le dossier et le mener à terme. Le conseiller et président du Parallèle de l'habitation sociale Pierre Avard espère de son côté que le projet respectera les normes de la Société d'habitation du Québec.

Si ça rencontre ces critères-là, moi je ne vois aucun problème. En plus, c'est de redonner une nouvelle vie à des bâtiments qui ont quand même de l'histoire à Sherbrooke.

Une citation de :Pierre Avard, conseiller et président du Parallèle de l’habitation sociale

Sherbrooke a un besoin urgent de 26 logements sociaux abordables. Des familles pourraient rapidement déménager dans l'ancien monastère, puisqu’il est déjà habitable, indique Pierre Avard.

Faudrait envisager avec ces promoteurs-là... Est-ce qu'ils ne seraient pas en mesure d'accueillir ces gens-là en attendant qu'on trouve des logements et en attendant que puisse naître ce projet-là, qui me semble intéressant à première vue tout en n'ayant pas tous les détails?, se demande-t-il.

Depuis le premier juillet, des dizaines de familles sont logées à l’hôtel par la Ville, faute d’avoir réussi à trouver un toit.

Avec les informations de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !