•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La campagne pour la 3e dose de vaccin est lancée en Israël

Relevant sa manche, Isaac Herzog se fait vacciner aux côtés de son épouse.

Le président israélien Isaac Herzog reçoit la troisième dose du vaccin contre la COVID-19.

Photo : Reuters / POOL

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2021 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À l'heure où des pays occidentaux s'efforcent de vacciner un maximum de leur population avec deux doses contre la COVID-19, Israël a lancé vendredi une campagne en faveur d'une troisième dose de vaccin pour les plus de 60 ans.

Le nouveau président, Isaac Herzog, et son épouse Michal ont voulu montrer l'exemple en se faisant administrer en premier une troisième dose du vaccin Pfizer-BioNTech à l'hôpital Sheba, dans la banlieue de Tel-Aviv.

L'État hébreu avait été l'un des premiers pays à lancer, en décembre, une vaste campagne de vaccination à la faveur d'un accord avec le géant pharmaceutique Pfizer lui donnant un accès rapide à des millions de doses payantes en échange de données biomédicales sur les effets du vaccin.

Israël avait commencé à vacciner les personnes âgées en séparant l'administration des deux doses de trois semaines, puis avait étendu progressivement sa campagne de vaccination aux adultes et, enfin, aux adolescents.

Cette campagne avait permis de faire reculer le nombre quotidien de cas d'environ 10 000 à moins d'une centaine, de déconfiner l'économie et de rouvrir en partie ses frontières.

Or, ces dernières semaines, le nombre de contaminations, puis d'hospitalisations est reparti à la hausse avec la propagation du variant Delta chez des adultes non vaccinés et ceux vaccinés il y a plus de six mois.

Au cours des 24 dernières heures, Israël a recensé 2140 cas, un record depuis mars, et le pays compte 286 personnes hospitalisées, dont plus de 160 dans un état grave, selon le ministère de la Santé.

En raison de cette hausse, le premier ministre, Naftali Bennett, a annoncé jeudi une campagne autorisant l'administration d'une troisième dose aux personnes âgées de plus de 60 ans, les premières victimes de la COVID-19.

Israël est un pionnier en allant de l'avant avec une troisième dose de vaccin pour les personnes âgées de 60 ans et plus, a déclaré vendredi M. Bennett, 49 ans, qui accompagnait le président.

Benyamin Nétanyahou, désormais chef de l'opposition, a lui aussi reçu une troisième dose.

L'État Israël est ouvert à transmettre toutes les informations qu'il obtiendra , a ajouté M. Bennett.

Pfizer affirme qu’une troisième dose est efficace

Selon le géant Pfizer, qui produit le vaccin majoritairement utilisé en Israël, de nouvelles études montrent qu'une troisième dose a des effets neutralisants contre le variant Delta, [qui sont] plus de cinq fois plus élevés chez les jeunes et plus de 11 fois chez les personnes plus âgées.

Néanmoins, le Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA), dont Israël suit en général les recommandations, n'a pas donné son feu vert à l'administration d'une troisième dose pour les personnes âgées.

Je crois que nous aurions pu attendre l'approbation de la FDA, car je crains que, sans cette approbation, il y ait une réduction de confiance du public, a déclaré à l'Agence France-Presse Hagai Levine, épidémiologiste et chercheur en santé publique à l'Université hébraïque.

Cependant, avec le variant Delta plus contagieux et un déclin progressif des anticorps dans les mois après la vaccination, la décision du gouvernement est raisonnable, estime-t-il, soulignant le rôle de pionnier d'Israël dont une vaste partie de la population a reçu deux doses de vaccins depuis déjà six mois.

En Israël, pays de 9,3 millions d'habitants, près de 60 % de la population a reçu deux doses de vaccin, avec un taux d'environ 90 % chez les personnes de 60 ans et plus. Un peu plus d'un million de personnes admissibles au vaccin l'ont refusé jusqu'ici.

Au moins deux doses, dit l’OMS

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a de son côté souligné qu'il était prioritaire d'aider les pays les plus en difficulté.

À ce stade-ci [...], tous les vaccins semblent avoir un bon effet contre les cas graves, les hospitalisations et les décès, a déclaré le docteur Bruce Aylward, chargé à l'OMS de superviser le système de distribution international Covax.

La priorité reste donc d'obtenir au moins deux doses de vaccin [...], notamment pour les travailleurs de la santé, les plus âgés et les personnes présentant des comorbidités, et d'atteindre l'objectif minimal de l'OMS d'au moins 10 % de la population de chaque pays vaccinés d'ici fin septembre, a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...