•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Gaétan Jolin : les accusations de meurtre au second degré tombent

La devanture d'une résidence photographiée en plein hiver.

Gaétan Jolin avait été retrouvé blessé dans sa résidence, en février 2019 (archives).

Photo : CBC

Radio-Canada

Deux ans après la mort de Gaétan Jolin en 2019, les deux hommes accusés de meurtre au deuxième degré, Michael Leduc et Robert Theoret, ont récemment vu les accusations pesant contre eux tomber.

La Couronne a pris cette décision à la fin du mois de juin après qu’un témoin clé ait admis avoir menti à la police. Ledit témoin a aussi mentionné ne plus être capable de distinguer la vérité sur les événements pendant le contre-interrogatoire.

Il a déclaré qu’il était en mode survie en raison de problèmes de toxicomanie et de santé mentale et qu’il voyait le programme de protection des témoins comme une sécurité.

Dans une déclaration, l’avocat de Michael Leduc, Solomon Friedman, a déclaré que la Couronne avait fait ce qu’il fallait pour éviter une condamnation injustifiée et que son client a hâte de reconstruire sa vie après avoir passé les deux dernières années derrière les barreaux.

Michael Leduc avait été accusé le 24 février 2019 dans cette affaire. Il était alors âgé de 43 ans.

Quatre jours plus tôt, Gaétan Jolin, 55 ans, avait été retrouvé gravement blessé dans sa résidence de l’avenue Jolliet, dans Vanier. Il est décédé le lendemain à l’hôpital.

De son côté, l’avocat de Robert Theoret n’a quant à lui pas répondu à la demande de CBC/Radio-Canada.

Un porte-parole du ministère du Procureur général a mentionné, dans une déclaration, que l’abandon d’une poursuite est l’une des décisions les plus difficiles que la Couronne doit prendre, mais que celle-ci a le devoir de réévaluer constamment la validité d’une affaire.

Dans ce dossier, la Couronne dit avoir déterminé, après un examen minutieux, qu’il n’y avait pas de perspective raisonnable de condamnation.

Quant au Service de police d’Ottawa, il examine toujours la décision de la Cour, dit-il.

Avec les informations de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.