•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Rénovictions » : les libéraux en Nouvelle-Écosse promettent d’indemniser les locataires

Le Parti libéral ne compte cependant pas limiter les hausses de loyer après la pandémie.

Iain Rankin s'approche d'un isoloir en tenant son bulletin de vote dans ses mains.

Iain Rankin, chef du Parti libéral de Nouvelle-Écosse, vote par anticipation le 30 juillet 2021 à Halifax.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Le Parti libéral de la Nouvelle-Écosse promet, s’il est réélu le 17 août, d’indemniser les locataires qui sont expulsés lorsque leurs propriétaires veulent faire des rénovations. En revanche, la formation politique refuse toujours de plafonner les augmentations de loyer dans la province.

Au 14e jour de la campagne électorale, le chef libéral Iain Rankin a indiqué que l’indemnité qu’il propose pourrait atteindre l’équivalent de 6 mois de loyer pour un locataire victime de rénovictions, une pratique courante dans la province.

Les libéraux aboliraient aussi la taxe provinciale sur la construction de certains logements abordables, affirme-t-il.

En revanche, le Nouveau Parti démocratique (NPD) néo-écossais est le seul qui s’engage à limiter les hausses du coût des loyers.

Depuis novembre dernier, la Nouvelle-Écosse restreint à 2 % par an les hausses de loyers, mais cette limite pourrait être révoquée à tout moment, puisqu’elle ne doit être en vigueur que durant l’état d’urgence associé à la pandémie de COVID-19.

Le premier ministre sortant Iain Rankin a déjà indiqué qu’il n’allait pas prolonger cette forme de contrôle des loyers si son parti était réélu le 17 août.

Iain Rankin marche en sortant de son autobus de campagne électorale.

Iain Rankin, chef du Parti libéral de Nouvelle-Écosse, le 30 juillet 2021 à Halifax.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Le NPD s’est engagé, s’il est élu, à maintenir cette limite des augmentations de loyer, même après la pandémie.

La formation dirigée par Gary Burrill promet aussi la construction de 1000 nouvelles logements en quatre ans, y compris des logements abordables et des coopératives.

Parallèlement, le NPD est revenu sur un autre de ses enjeux de prédilection, vendredi, soit la santé mentale.

Gary Burrill.

Gary Burrill, chef du Nouveau Parti démocratique de Nouvelle-Écosse, le 20 juillet 2021 à Halifax

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Le chef Gary Burrill a promis des investissements de 3,75 millions de dollars par année pour améliorer les services d'urgence en santé mentale si son parti est porté au pouvoir.

M. Burrill a soutenu que son parti créerait une équipe d'intervention dans chacune des quatre zones sanitaires pour répondre aux urgences en matière de santé mentale. Ces équipes seraient composées de psychologues, d'infirmières et de travailleurs sociaux spécialisés en santé mentale.

Personne ayant besoin d'aide immédiate en santé mentale ne devrait être forcé d'attendre des jours, des semaines, voire des mois pour l'obtenir, a dénoncé le chef néo-démocrate par voie de communiqué.

Actuellement, un seul programme d'urgence en santé mentale existe en Nouvelle-Écosse, à Halifax. Il vient en aide aux enfants, aux jeunes et aux adultes en crise qui ont des idées suicidaires, sont en psychose ou en dépression profonde. L'équipe est composée de professionnels en santé mentale et de policiers.

Diversité : Acadiens, Mi’kmaq et Afro-Néo-Écossais

Les progressistes conservateurs néo-écossais s'engagent à proposer un enseignement diversifié à chaque degré de scolarité s'ils forment le prochain gouvernement.

Tim Houston souriant.

Tim Houston, chef du Parti progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse, le 22 juillet 2021

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Le chef du Parti progressiste-conservateur Tim Houston a indiqué que les cours d'études sociales parleront de l'histoire des Mi'kmaq et des Afro-Néo-Écossais ainsi que de la présence acadienne dans la province.

Pour M. Houston, l'objectif est de s'assurer que les élèves puissent apprendre dès le plus jeune âge que l'égalité pour tous est un droit.

Il a ajouté que son éventuel ministre de l'Éducation serait en contact étroit avec le Conseil de l'éducation des Mi'kmaq et le Conseil de l'éducation des Afro-Canadiens.

Peu importe la couleur de la peau, votre sexe, peu importe qui vous aimez, qui vous priez, la langue que vous parlez, un gouvernement progressiste-conservateur vous écoutera et vous respectera.

Une citation de :Tim Houston, chef du Parti progressiste-conservateur

Les libéraux aussi se sont vantés de présenter leur liste de candidats la plus diversifiée de leur histoire. Leur équipe compte près de 42 % de femmes et cinq candidatures afro-descendantes. L'âge des candidats oscille entre 19 et 76 ans.

Les libéraux ont été éclaboussés en début de campagne par le retrait de leur candidate dans Dartmouth South. L’entrepreneure Robyn Ingraham soutient que le Parti libéral l’a forcée à se retirer de la course à cause de photos de boudoir et de son compte OnlyFans, et lui a demandé de mentir en invoquant plutôt un problème de santé mentale.

Dans le camp néo-démocrate, on compte trois candidatures noires, une candidature aux racines acadiennes et guyanaises, une candidature mi'kmaq et une candidature d'origine philippine.

De plus, une porte-parole du NPD a précisé que les associations de circonscription doivent informer le parti du nombre de personnes afro-néo-écossaises, autochtones ou racisées ayant été approchées dans leur recrutement de candidats. Les associations doivent également fournir des preuves de leurs démarches auprès d'un échantillon diversifié de candidats potentiels avant que leur choix ne soit approuvé.

Santé vaginale

Debout à côté de sa pancarte qui fait la promotion de la santé vaginale, Sheri Morgan fait un « V » avec ses doigts.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sheri Morgan, candidate du Parti progressiste-conservateur dans Halifax Citadel-Sable Island

Photo : CBC / Mary-Catherine McIntosh

Sheri Morgan, candidate du Parti progressiste-conservateur dans Halifax Citadel-Sable Island, fait sensation avec son affiche électorale.

Sur son affiche, on la voit former avec ses doigts la lettre V pour sensibiliser à la santé vaginale, et plus généralement à la santé des femmes.

Mme Morgan souligne que le vagin est une des parties les plus sensibles du corps humain, en raison des risques de syndrome inflammatoire pelvien, d’endométriose, de prolapsus génital et de cinq différents types de cancer.

La candidate milite pour un accès plus rapide aux services de spécialistes du plancher pelvien.

Il faut parfois jusqu’à 18 mois pour être vu par un tel spécialiste en Nouvelle-Écosse, observe-t-elle.

D’après le reportage d’Adrien Blanc et avec des renseignements de La Presse canadienne et de Taryn Grant de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !