•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Phase verte : retour à la vie d’avant pour certains commerçants, prudence pour d’autres

Une affiche à l'entrée d'un commerce.

Une affiche demandant aux clients de porter un masque

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dans la nuit de vendredi à samedi, le Nouveau-Brunswick est passé à la phase verte de son plan de rétablissement, ce qui veut notamment dire que le port du masque n’est plus obligatoire. Chaque commerçant du Grand Moncton semble y aller de ses propres directives.


Ambiance plus conviviale

Patrick Gagnon en entrevue dans sa boutique.

Patrick Gagnon de la Boutique Intemporelle croit qu'il sera possible de créer une ambiance conviviale sans masque.

Photo : Radio-Canada

Patrick Gagnon, copropriétaire de la Boutique Intemporelle, laissera à la discrétion des clients le port du masque et ne forcera pas ses employés à en porter un. Il croit que c'est l'occasion de retrouver une ambiance plus conviviale dans le commerce qui n’a ouvert qu'il n’y a que quelques mois.

Ça va nous permettre d’avoir une interaction plus personnelle avec le client, justement enlever le masque, voir les sourires, vraiment avoir un contact un peu plus direct avec nos clients. On a désigné l’espace pour avoir une interaction et puis on a vraiment hâte de l’utiliser à son plein potentiel , explique-t-il.


Essai avec la bulle atlantique

Michel Savoie en entrevue devant le restaurant.

Michel Savoie du restaurant Les Brumes du Coude n'a pas la même recommandation pour ses cuisiniers et ses serveurs.

Photo : Radio-Canada

Michel Savoie, le propriétaire du restaurant Les Brumes du Coude, permet à ses cuisiniers d’enlever le masque, mais il encourage ses serveurs à le garder. M. Savoie croit qu’on a allégé les mesures sanitaires trop rapidement. Il aurait préféré que le port du masque ne soit plus obligatoire alors qu’il y avait encore la bulle atlantique.

Ça nous aurait donné un peu de pratique pour voir si en fait on est capable, de comment loin qu’on est capable de se rendre sans masque sans qu’il y ait de problème, et là ouvrir au reste du Canada , soutient M. Savoie.


Garder le masque une semaine

Jean-François Delamarre en entrevue dans l'épicerie.

Jean-François Delamarre de l’épicerie Dolma veut que ses employés qui rencontrent des clients portent le masque pendant la prochaine semaine.

Photo : Radio-Canada

Jean-François Delamarre, le gestionnaire de l’épicerie Dolma, ne forcera pas les clients à porter le masque, mais tous les employés qui rencontrent des clients devront continuer de le porter pendant une semaine. Ensuite, l’entreprise réévaluera sa position. Mais, M. Delamarre reconnaît qu’il y a du bon à ce que le port du masque ne soit plus obligatoire.

On parlait la dernière fois avec un de nos clients et il a enlevé son masque et j’ai dit ah c’est à quoi tu ressembles, on a oublié le visage des gens , raconte-t-il.

Avec les informations de Jérémie Tessier-Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !