•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un député critique du président est arrêté en Tunisie

Le siège du Parlement tunisien occupé par l'armée et la police.

Un député qui a qualifié le gel du Parlement et le limogeage du premier ministre de « coup d’État » a été arrêté en Tunisie.

Photo : Reuters / AMMAR AWAD

Radio-Canada

Les forces de sécurité, en Tunisie, ont arrêté vendredi un député critique du président Kaïs Saïed, première conséquence de la levée de l’immunité des députés et du gel du Parlement.

L’ex-blogueur Yassine Ayari et actuel député avait qualifié sur les réseaux sociaux le coup de force du président tunisien de coup d'État.

Le mouvement politique Espoir et travail, auquel appartient le député, a annoncé dans un bref communiqué son arrestation par des agents de la sécurité présidentielle sans la présentation d'un ordre judiciaire.

Dans une publication sur Facebook, sa femme a affirmé que son mari avait été arrêté d'une façon violente.

C'est un coup d'État militaire, avait écrit sur sa page Facebook Yassine Ayari.

Selon lui, les mesures du président représentent un renversement de la Constitution et du pacte social en utilisant l'armée.

Aucune source officielle n'a accepté de s'exprimer sur cette arrestation.

Saïed se défend de devenir un dictateur

Le même jour de l’arrestation du député, le président tunisien s’est défendu de devenir un dictateur et a rejeté les accusations selon lesquelles il a mené un coup d'État.

« Je connais la constitution, je la respecte et l'ai enseignée. Je ne me transformerai pas en dictateur, contrairement à ce que certains ont avancé. »

— Une citation de  Le président tunisien Kaïs Saïed

Au cours d’un entretien avec des journalistes du New York Times, le président Kaïs Saïed a assuré que la Tunisie est un pays des droits, des libertés et de la constitution.

Pas de peur sur la liberté d'expression. [...] Ce n'est pas à mon âge que je vais commencer une nouvelle étape basée sur la dictature. Je déteste la dictature et je la méprise, a-t-il affirmé.

Par ailleurs, M. Saïed a avancé qu'il n'y avait eu des arrestations que de ceux qui sont poursuivis par la justice.

Un habitué des tribunaux

Yassine Ayari a été condamné à plusieurs reprises ces dernières années pour des publications sur les réseaux sociaux, notamment critiques de l'armée.

M. Ayari, 30 ans, ancien blogueur actif sous la censure au moment du soulèvement populaire ayant chassé le président Zine el-Abidine Ben Ali du pouvoir en 2011, avait été élu en 2017 et en 2019 comme représentant des Tunisiens en Europe.

L'homme a été condamné en 2018 à trois mois de prison pour une publication Facebook qui critiquait l'armée. Il avait également été condamné à 16 jours de prison, la même année, pour une autre publication de blogue, une peine qu'il n'a toutefois pas purgée.

En 2015, il a passé plus de quatre mois en prison après qu'un tribunal militaire l'a reconnu coupable d'outrage au haut commandement de l'armée sur les réseaux sociaux.

La Tunisie reçoit un million de doses de vaccins des États-Unis

Très éprouvée par la forte recrudescence de la pandémie, la Tunisie a reçu vendredi un million de doses de vaccins offerts par les États-Unis, selon l'ambassade américaine à Tunis.

Les États-Unis vont continuer à soutenir le peuple tunisien pendant cette crise sanitaire. Notre but est de sauver des vies et de faire parvenir autant de vaccins sûrs et efficaces à autant de Tunisiens que possible, a déclaré l'ambassadeur américain, Donald Blome, dans un communiqué annonçant ce don de doses du laboratoire Moderna.

Afin d'éviter une catastrophe sanitaire, des dons de vaccins affluent du monde entier – Chine, pays européens ou du Golfe – depuis quelques semaines pour aider la Tunisie.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !