•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

31,4 % des infirmières de l’Outaouais ont gagné plus de 100 000 $ l’an dernier

Une travailleuse de la santé adossée contre un mur qui regarde au loin.

Si on regroupe tous les établissements en sol montréalais, qui dominent le haut du classement, le CISSS de l’Outaouais se hisse en troisième position.

Photo : Shutterstock / Alliance Images

Radio-Canada

La pandémie de COVID-19, les primes et les heures supplémentaires ont fait en sorte que près de 14 000 infirmières au Québec ont gagné plus de 100 000 $ au cours de la dernière année. Dans la région de l’Outaouais, près de 31,4 % ont empoché, au minimum, un tel salaire.

Cette donnée inclut les infirmières ainsi que les infirmières cliniciennes et praticiennes, mais pas les infirmières auxiliaires ni celles embauchées par l’entremise d’agences de placement.

En Outaouais, ce phénomène peut s’expliquer par la pénurie de main-d'œuvre dans le système de santé ainsi que par l’exode d’infirmières vers l’Ontario parce que les salaires sont plus bas, a noté le député libéral de Pontiac, André Fortin.

Il croit que cette situation est la preuve de la lourdeur du travail des infirmières. Il estime qu’il est dorénavant nécessaire d’augmenter leur salaire.

Ce n'est pas à travers le temps supplémentaire obligatoire ou le temps supplémentaire qui est volontaire, mais pour lequel elles se sentaient peut-être obligées d'aider leurs collègues de travail. Ce n'est pas la façon d'augmenter les conditions de travail des infirmières, dit-il.

André Fortin porte un masque et se tient debout et semble attendre.

André Fortin est également le leader parlementaire du Parti libéral du Québec (archives).

Photo : Radio-Canada

À l’échelle provinciale, le Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de l’Outaouais pointe au huitième rang pour la plus grande proportion d’infirmières qui ont reçu un salaire supérieur à 100 000 $.

Si on regroupe tous les établissements en sol montréalais, qui dominent le haut du classement, le CISSS de l’Outaouais se hisse en troisième position.

Invité à réagir sur cette statistique, le CISSS de l’Outaouais a refusé la demande d’entrevue d’ICI Ottawa-Gatineau, préférant soumettre une déclaration écrite.

Nos infirmières ont été d'une aide indispensable durant la pandémie. [...] Nous sommes conscients que plusieurs infirmières ont fait beaucoup d'heures, écrit le CISSS de l'Outaouais.

ICI Ottawa-Gatineau a tenté d’obtenir une réaction du Syndicat des professionnelles de la santé de l’Outaouais, mais en vain.

Avec les informations d’Emmanuelle Poisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !