•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Albertains appelés à la prudence sur l’eau

Un bateau de patrouille sur la rivière Saskatchewan Nord, à Edmonton.

Le sergent Joe Spear, membre de l'unité maritime de la police d'Edmonton, note une présence accrue de personnes sur la rivière Saskatchewan Nord, à Edmonton.

Photo : CBC/Emily Fitzpatrick

Radio-Canada

Que ce soit dans un canot pneumatique ou une embarcation rapide, les Albertains sont invités à être prudents sur l'eau.

« La pandémie a entraîné une augmentation considérable du nombre de personnes sur les voies navigables au Canada, dit le sergent Joe Spear, membre de l'unité maritime de la police d'Edmonton. Ce qui est formidable, je ne vais pas mentir. »

Toutefois, pour certains, il s'agit d'une première sortie sur les lacs et les rivières, selon Brent Meyer, sergent d’état-major de la GRC. Il suffit d'un peu sortir de sa zone de confort ou d'aller au-delà de ses capacités, combiné avec tout autre chose dans l’environnement, et ça peut mal virer, affirme-t-il.

La plus forte augmentation notée par M. Spear concerne les flotteurs, c'est-à-dire les personnes qui descendent la rivière à bord d’embarcations gonflables. Bien que ce soit très plaisant, il indique que beaucoup de gens sous-estiment le temps de la descente et ne réalisent pas qu’ils sont légalement tenus d’avoir un dispositif de sauvetage.

Jusqu'ici cette année, la GRC a répondu à 17 noyades qui se sont avérées mortelles. 

D’autres services d’urgence constatent aussi une augmentation du nombre de noyades. Par exemple, du 1er janvier au 19 juillet, le service de pompiers d’Edmonton a répondu à 110 noyades, dont environ une sur six s’est avérée mortelle. En 2020, il y en avait eu 104 pour l’ensemble de l’année.

Le chef des pompiers du service de pompiers volontaires de South Pigeon Lake, Wayne Benson, explique que beaucoup de gens ont acheté des chalets et sont novices dans le domaine de la navigation de plaisance.

Environ 211 220 permis de bateau de plaisance ont été délivrés au pays depuis 2020, dont 13 000 en Alberta, selon Transport Canada.

Réduire les risques

Les trois intervenants s’entendent sur l’importance d’avoir un équipement adéquat et un plan.

Selon M. Spear, il y a souvent un gilet de sauvetage à bord des embarcations, mais personne ne le porte, ce qui, dans plusieurs cas, s’avère inutile. M. Meyer ajoute que, souvent, les adultes mettent des gilets à leurs enfants, mais n’en portent pas eux-mêmes. L’eau ne discrimine pas selon l’âge, souligne-t-il.

Pour être bien préparé, il faut informer ses proches de l'endroit où l'on va et de la durée de la sortie, connaître les aptitudes de nage de chaque membre du groupe et ne jamais s'aventurer seul.

D’après les informations d’Emily Fitzpatrick

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !