•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 100 000 $ dans la dernière année pour 1 infirmière sur 5 de la région

Une travailleuse de la santé adossée contre un mur qui regarde au loin.

Plus d’une infirmière sur cinq dans la région a fait plus de 100 000 $ en rémunération au cours de la dernière année.

Photo : Shutterstock / Alliance Images

Radio-Canada

Plus d’une infirmière sur cinq en Mauricie et au Centre-du-Québec a fait plus de 100 000 $ en rémunération au cours de la dernière année. Dans la province, 14 000 d’entre elles ont dépassé la barre des 100 000 $ d’avril 2020 à mars 2021 ce qui s’explique par les primes, mais surtout par les heures supplémentaires souvent obligatoires.

Deux des six milliards attribués en salaire l’an dernier l’ont été en primes et en heures supplémentaires.

Derrière cette situation s’en cache une autre, celle où le personnel du milieu de la santé est épuisé.

La détresse, c’est extrêmement difficile présentement. Même des démissions, il y en a régulièrement. Malheureusement, [dans certains] secteurs, les gens sortent en pleurant, c’est difficile. Beaucoup de jeunes mères de famille [pour qui] la conciliation est très difficile, fait valoir Nathalie Perron, présidente du syndicat des professionnels en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

La situation n’est pas près de changer. Au contraire, plusieurs secteurs, dont les urgences et l’obstétrique, frôlent le point de rupture et on craint de possibles bris de services.

Dans les dernières semaines, l’urgence de l’hôpital de Sainte-Croix à Drummondville a même dû détourner des patients vers Victoriaville. Un bris de service pourrait survenir au centre famille-enfant Girardin et entraîner des femmes à accoucher dans un autre hôpital.

Avec les informations d’Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !