•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les premiers interprètes afghans arrivent aux États-Unis

Des villageois afghans et militaires américains sont assis par terre et discutent.

Des soldats américains discutent avec des villageois afghans avec l'aide d'un interprète en 2009.

Photo : AP / David Guttenfelder

La Presse canadienne

Un premier avion transportant plus de 200 Afghans qui ont travaillé aux côtés des Américains a atterri aux États-Unis, vendredi. Des dizaines d'enfants et de bébés étaient à bord de l'appareil.

Le président Joe Biden s'est dit fier de les accueillir dans leur nouveau chez eux.

Ce premier vol – d'autres suivront – évacuant d'anciens interprètes et d'autres personnes qui craignent les représailles des talibans met en lumière les incertitudes politiques de l'Afghanistan lorsque les dernières unités de l'armée américaine quitteront le pays au cours des prochaines semaines.

Des dizaines d'enfants et des nourrissons

Ces interprètes peuvent être accompagnés par des membres de leur famille.

Selon un document interne du gouvernement américain obtenu par l'Associated Press, le premier vol a transporté 221 Afghans, dont 57 enfants et 15 nourrissons, titulaires d'un visa spécial.

L'avion a atterri à l'aéroport de Dulles, en Virginie, à proximité de Washington, peu après minuit, selon le service de suivi des vols aériens FlightAware.

Bienvenue à la maison

C'est une étape importante dans la réalisation de notre promesse envers les milliers de ressortissants afghans qui ont servi côte à côte avec les troupes et les diplomates américains au cours des 20 dernières années en Afghanistan, a déclaré M. Biden par voie de communiqué.

Par-dessus tout, je tiens à remercier ces courageux Afghans d'être aux côtés des États-Unis, et aujourd'hui, je suis fier de leur souhaiter la bienvenue à la maison.

Une citation de :Le président américain, Joe Biden

Néanmoins, une agence pour les réfugiés déplore l'absence d'un plan clair pour garantir la sécurité de tous ceux qui ont collaboré avec les troupes américaines ou alliées.

Krish O'Mara Vignarajah, présidente du Lutheran Immigration and Refugee Service, a exhorté les autorités à les ramener rapidement aux États-Unis ou sur un territoire administré par les États-Unis, comme Guam.

Nous ne pouvons pas, en toute conscience, les mettre en danger dans des pays tiers dont les antécédents en matière des droits de la personne sont peu fiables, ou là où les talibans pourraient les atteindre.

Une citation de :Krish O'Mara Vignarajah, présidente du Lutheran Immigration and Refugee Service

Le Congrès a approuvé jeudi par une écrasante majorité une loi qui autoriserait 8000 visas supplémentaires et 500 millions de dollars de financement pour ce programme.

Les États-Unis ont aussi discuté avec le Qatar et le Koweït pour héberger temporairement des milliers d'autres interprètes afghans, mais aucun accord n'a encore été conclu avec ces pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !