•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fin de semaine de danse contemporaine au festival Furies en Gaspésie

Un homme et une femme sont devant une maison, près d'une montagne.

Les artistes Priscilla Guy et Sébastien Provencher assurent la direction artistique du festival Furies, en Gaspésie.

Photo : Photo fournie par le festival Furies

Radio-Canada

Étalé sur quatre jours, le festival Furies, qui se déroule jusqu’à dimanche en Haute-Gaspésie, fait place à la danse contemporaine et expérimentale. Cet événement présenté dans le petit village de Marsoui en est à sa deuxième année et vise à offrir au public une expérience intime avec la danse.

La danse tourne en région, mais ça va souvent être des plus grands spectacles dans des gros théâtres. Au festival, on fait des représentations avec un public de 40-50 personnes; ça permet à la danse expérimentale de trouver sa place en région, a expliqué Sébastien Provencher, codirecteur artistique de l’événement, à Claudia Hébert, chroniqueuse culturelle à l’émission Tout un matin.

Ce qui est beau, c’est qu’on a décidé de faire une programmation avec des artistes qui présenteraient leurs spectacles, par exemple, dans des festivals comme le FTA [Festival TransAmériques] à Montréal ou ImPulsTanz à Vienne. Explorer le contexte québécois, c’est stimulant et ça permet de sortir des grandes villes, a-t-il ajouté.

Une programmation diversifiée

Accueillant danseurs et danseuses originaires de la Gaspésie, de Montréal, de Toronto et de Vancouver, le festival Furies se déroule dans un petit village d’environ 250 personnes, tout près de Sainte-Anne-des-Monts. La majorité des performances se tiennent à l'extérieur, notamment près de la Chapelle du Cap et sur la plage de Marsoui, ou encore au centre récréatif du village.

En plus des spectacles et des performances, des cafés-causeries et des ateliers de danse sont aussi organisés. Il y a une belle proximité qu’on n’a pas nécessairement en ville, a précisé Sébastien Provencher.

La programmation propose des œuvres très hétéroclites, comme Charégraphie, imaginée par les danseuses Deanna Peters et Emma-Kate Guimond, mettant deux voitures en vedette, ou Habiter sa mémoire, une représentation de quatre heures offerte par l’artiste Caroline Laurin-Beaucage sur la plage de Marsoui.

Au centre récréatif, il y aura notamment les danseurs et danseuses hip-hop Pax, Jigsaw et Sangwn qui présenteront la création Un temps pour nous, conçue avec l’artiste Sovann Rochon-Prom Tep.

Les personnes du public sont très ouvertes. J’ai participé à la première édition du festival en 2019 comme chorégraphe. En présentant ma pièce, j’ai vu que les personnes étaient curieuses de voir des œuvres plus expérimentales en région et que la réception était bonne, s’est souvenu Sébastien Provencher.

Avec les informations de Claudia Hébert, chroniqueuse culturelle à l’émission Tout un matin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !