•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des croisiéristes de Sept-Îles dénoncent le manque d'infrastructures en place

Des gens sont dans un bateau pneumatiques, à la marina de Sept-Îles.

Certaines entreprises qui offrent des balades sur la baie de Sept-Îles ne disposent pas d'un kiosque pour accueillir leurs clients.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Radio-Canada

Alors que la saison touristique bat son plein dans nos régions, des croisiéristes de Sept-Îles doivent jongler avec des défis logistiques qui sont un frein, selon eux, au développement de leur entreprise. Le manque d’infrastructures pour accueillir les touristes est montré du doigt.

Il peut être un peu ardu pour les touristes de passage à Sept-Îles de prendre connaissance des services offerts par les croisiéristes.

Quatre entreprises proposent des excursions sur ses fameuses îles, mais une seule d'entre elles dispose d'un kiosque, qui appartient à la Ville. Ce kiosque lui permet d'accueillir des clients et d'être plus visible que ses compétiteurs.

Cette installation lui permet aussi de ranger des équipements comme des vestes de sauvetage.

Une petite cabane sert de kiosque à une entreprise qui offre des croisières.

Seule une entreprise dispose d'un kiosque d'information.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Les trois autres entreprises doivent donc trouver des solutions plus contraignantes pour informer les touristes sur leurs produits.

Par exemple, l'entreprise Les Croisières du Capitaine s'est implantée dans le lobby de l’hôtel situé à proximité, le Château Arnaud, pour accueillir ses clients.

Les gens ne savent pas où on se situe, même les clients qu'on reçoit et qui ont réservé. On est obligés de les appeler pour leur dire qu'on est dans le château Arnaud, qui est un hôtel, ce qui n'a pas de rapport avec nos fonctions. C'est plus difficile pour les gens de nous trouver, donc c'est plus difficile d'y penser et de trouver ce dont ils ont besoin, soutient la coordonnatrice de l'entreprise, Aurélie Royer.

Deux kiosques de plus à venir

Tourisme Sept-Îles et la Ville ont fait l’acquisition de deux kiosques semi-permanents pour faciliter le travail de ces entreprises. Ces kiosques devaient être installés au début de l’été, mais ne le sont toujours pas.

Quand les bâtiments sont arrivés, malheureusement, il y avait un problème avec une roue et il y avait un problème avec le revêtement extérieur. L'entrepreneur a commandé ce qu'il fallait pour faire le remplacement de ce qui avait été brisé. Mais là, c'est les vacances de la construction. Tout va rouvrir la semaine prochaine, le 2, et on espère que tout le matériel va être rentré, soutient le directeur général adjoint de la Ville de Sept-Îles, Michel Tardif.

Par contre, pour les croisiéristes, c’est trop peu trop tard pour un problème qui est connu depuis 2013.

Le kiosque, même s’il entrait aujourd’hui...il nous reste un mois et demi de fonctionnement avant que la température nous force à arrêter.

Une citation de :Aurélie Royer, coordonnatrice des Croisières du Capitaine

On aura quand même passé une bonne partie de notre saison à s’organiser comme on peut, poursuit Aurélie Royer.

Une fois installés, seulement deux entreprises pourront avoir pignon sur rue sur la promenade touristique. Impossible pour l’instant de savoir ce qui adviendra des deux autres, d'autant que le kiosque déjà en place et qui appartient à la Ville pourrait changer de vocation.

On avait deux bateliers en 2019. C'est pour cette raison-là qu'on s'est dit que c'était de deux bâtiments qu'on avait besoin. Aujourd'hui en 2021, c'est certain que les besoins ont peut-être changé. On est rendus avec quatre bateliers. Donc, on doit revoir notre stratégie de développement et on doit revoir notre vision aussi, affirme la directrice générale de Tourisme Sept-Îles, Marie-Ève Cyr.

La baie des Sept-Îles sur la Côte-Nord.

Certaines excursions permettent de se rendre sur des îles au large de la baie des Sept-Îles. (Archives)

Photo : Bénédicte Filippi

Face à cette incertitude, ces entreprises espèrent qu’une solution de rechange sera trouvée pour faciliter leurs activités et le développement de l’industrie touristique dans la ville.

Pour Tourisme Sept-Îles, il est impossible pour l’instant d'indiquer ce qui va advenir des autres croisiéristes pour la prochaine saison.

Ces derniers bénéficient d’une bonne présence en ligne, mais ils souhaiteraient pouvoir être plus accessibles sur le terrain pour aller à la rencontre des clients.

Tourisme Sept-Îles souhaite faire le bilan de cette saison avant de se prononcer sur une solution possible pour ces entreprises.

D'après les informations de Félix Lebel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !