•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Célébrations modestes au Nouveau-Brunswick pour le Jour de l'émancipation

Un poing levé.

Des expositions et des discours se tiendront au musée en plein air Kings Landing ce dimanche 1er août pour célébrer le jour de l'émancipation.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Maya Chebl

Ce dimanche marque pour la première fois officiellement le Jour de l’émancipation partout au Canada. Cela survient après que la Chambre des communes l’a désigné comme tel par un vote unanime le 24 mars 2021. Pour souligner l’entrée en vigueur de la loi de l’abolition de l’esclavage le 1er août 1834, quelques activités sont prévues au courant de la journée dans la région de Fredericton.

Parmi celles-ci, une cérémonie débutera à l'Hôtel de ville à midi. Des discours de plusieurs aînés de la communauté noire, mais également du chef malécite Ron Tremblay, s'y tiendront jusqu'à 13 h.

S'en suivra une marche vers l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick où sera servie gratuitement de la nourriture dans une ambiance festive jusqu’à 15 h.

On est très reconnaissants que le gouvernement fédéral en a fait une journée de fête nationale, même si le Canada est un peu en retard, admet l’historienne et militante noire néo-brunswickoise Mary McCarthy-Brandt, qui aide à la planification de cet événement depuis un mois.

Un portrait de Mary McCarthy Brandt.

Mary McCarthy-Brandt est membre du conseil d'administration de la New Brunswick Black History Society.

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté de Thandiwe McCarthy

Une planification qui n’a, en revanche, bénéficié d’aucune aide fédérale ou provinciale. Nous essayons de faire ce que nous pouvons avec les fonds limités dont on dispose, se désole Mme McCarthy-Brandt, qui détient également un doctorat en justice sociale.

C'est très triste quand nous voyons tout l'argent dépensé par le gouvernement pour la fête du Nouveau-Brunswick.

Une citation de :Mary McCarthy-Brandt, historienne et militante

Des activités extérieures et des expositions sont cependant organisées au musée plein air Kings Landing. Joe Gee, fondateur du Tomlinson Lake Hike to Freedom, évoquera notamment l'histoire du chemin de fer clandestin, ces réseaux de routes secrètes utilisés par les esclaves pour fuir les États-Unis et s’installer au Canada.

Malgré un nouveau regain de liberté, les familles noires ont longtemps éprouvé un grand mal à s'intégrer dans une société qui était à l'époque encore très inégalitaire et raciste.

Pas de célébrations ailleurs dans la province

J’avais une rencontre hier avec d’autres maires et ce n’est pas une journée qui est ressortie, dévoile le maire de Shippagan, Kassim Doumbia.

Kassim Doumbia derrière un micro.

La contribution des noirs et des autochtones doit être saluée et reconnue, selon le maire de Shippagan, Kassim Doumbia (archives).

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Il se demande d'ailleurs si c'est une date qui est bien connue et il pense qu'une sensibilisation autour de cette journée pourrait être faite pour permettre un dialogue qui vise à s'assurer que des personnes venant d'ailleurs ont leur place dans nos communautés.

Kassim Doumbia ajoute que la contribution des noirs et des autochtones doit être saluée et reconnue.

À Moncton et Saint-Jean, aucune célébration pour le jour de l'émancipation ne semble avoir été planifiée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !