•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La rupture du service en obstétrique est prolongée jusqu’au 30 août à Ville-Marie

L'hôpital de Ville-Marie

Le service d'obstétrique de l'hôpital de Ville-Marie est fermé depuis le 29 avril (archives).

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

La reprise des services en obstétrique à l’hôpital de Ville-Marie était prévue le 1er août, mais le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) a confirmé ce vendredi que la rupture de services était prolongée jusqu'au 30 août.

Les femmes enceintes de Témiscaming-Kipawa pourront être dirigées vers l’hôpital de North Bay en Ontario. Les autres patientes doivent se rendre à Rouyn-Noranda pour accoucher.

Un corridor de service avait été établi avec l’hôpital de New Liskeard en Ontario. Il est suspendu en raison d’une pénurie de ressources infirmières et un volume élevé d’accouchements. Le CISSS-AT indique par courriel que des démarches sont en cours pour rétablir le corridor de service.

Pénurie de main-d'œuvre

Le CISSS-AT explique ce nouveau délai par l’important manque de ressources, dont les infirmières spécialisées en obstétrique.

La députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, s'est indignée de ce nouveau délai.

C’est extrêmement frustrant. Là, maintenant, on est fixé à partir d’aujourd’hui. Je pense qu’il était temps. À partir de la semaine prochaine, les femmes savent qu’elles devront se déplacer à Rouyn-Noranda, mais ce n’est pas plus acceptable. Le jour 1 de la découverture, c’est-à-dire le 29 avril, ça fait maintenant trois mois qu’on est en situation de rupture de services à l’hôpital de Ville-Marie , soutient-elle.

Nadia Rocheleau s'adresse aux médias pendant une conférence de presse devant l'hôpital de Ville-Marie.

Émilise Lessard-Therrien a dénoncé à plusieurs reprises la rupture de services en obstétrique à l'hôpital de Ville-Marie (archives).

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

J’ai énormément de compassion pour les femmes qui ne savent plus trop à quoi s’attendre , indique la députée.

Émilise Lessard-Therrien souhaite que des incitatifs soient mis en place pour la rétention de la main-d'œuvre en Abitibi-Témiscamingue.

Je pense que le CISSS-AT a passé le râteau partout où il pouvait le faire pour maintenir le plus de services possible en région. Il y a des solutions sur lesquelles le CISSS-AT n’a malheureusement pas de pouvoir et des solutions qui appartiennent au ministère [de la Santé et des Services sociaux] , croit-elle.

Embauche d’infirmières cliniciennes

Au début du mois de juillet, le ministère de la Santé avait annoncé un financement de 600 000 $ pour la création de postes pour six infirmières cliniciennes. Elles auront également un rôle de mentor pour les services d’obstétrique de l’Abitibi-Témiscamingue.

Le CISSS-AT rapporte que d’autres informations seront communiquées à ce sujet cet automne.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue a refusé nos demandes d’entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !