•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La progression du virus en Saskatchewan inquiète un biostatisticien

Des personnes portant un couvre-visage font des achats.

Selon le biostatisticien Ryan Imgrund, le taux de transmission de la COVID-19 a augmenté dans la province après la levée des restrictions, le 11 juillet.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

Les données de la Saskatchewan démontrent que le taux de transmission de la COVID-19 a augmenté dans la province, selon le biostatisticien ontarien Ryan Imgrund. Depuis novembre 2020, il suit chaque jour les valeurs de reproduction des provinces et des villes canadiennes.

Ryan Imgrund a remarqué une hausse de la valeur R (qui indique le nombre de personnes supplémentaires infectées par une personne infectée), après l'abandon de toutes les restrictions en matière de santé publique. Les dernières restrictions ont été levées le 11 juillet dernier en Saskatchewan.

Dix jours plus tard, le 21 juillet, c’est là que nous avons commencé à voir les valeurs R passer au-dessus de 1, explique M. Imgrund. La moyenne de la valeur R a été de de 1,2 durant les huit derniers jours.

Selon lui, les données d’autres régions montrent qu’il faut environ une dizaine de jours pour voir des changements à la suite d’une modification des mesures de santé publique.

La moyenne de 1,2  est très, très troublante, et le fait qu’elle est aussi élevée depuis plus d’une semaine est également très troublant, affirme M. Imgrund.

Pas à l’abri d’une quatrième vague

Selon M. Imgrund, si cette tendance se maintient ou s'aggrave, cela pourrait amener la santé publique de la province à intervenir, sans quoi, les cas pourraient être en augmentation pendant très longtemps.

Le biostatisticien explique que, si la valeur R est de 1,16, 100 cas entraînent 116 nouvelles infections. Et comme le variant Delta accélère ce processus, l’escalade peut se produire en environ trois jours, précise-t-il.

S’il y avait 100 cas quotidiens aujourd’hui avec une valeur R constante de 1,16, on verrait environ 4,5 fois plus de cas à la fin du mois, dit-il.

La situation est pire à Regina, où la valeur R est actuellement de 1,3.

Ryan Imgrund estime que la quatrième vague devrait toucher la population non vaccinée. Cela comprend les personnes de moins de 12 ans, qui ne peuvent pas être vaccinées à l'heure actuelle.

En date de jeudi, 63 % des Saskatchewanais admissibles étaient entièrement vaccinés.

Une main tient une dose de vaccin contre la COVID-19 et une seringue.

En date du 29 juillet, 63 % des Saskatchewanais admissibles étaient entièrement vaccinés.

Photo :  CBC

Pas la seule province canadienne

La Saskatchewan n’est pas la seule province à avoir une valeur R élevée. Le virus se propage actuellement plus rapidement en Alberta qu’au plus fort de la troisième vague de la pandémie. Toutefois, mercredi, l’Alberta a annoncé qu’elle lèverait bientôt les dernières restrictions en matière de santé.

Les similitudes entre l’Alberta et la Saskatchewan en ce moment sont vraiment effrayantes, déclare M. Grund. Nous assistons à une montée en flèche de la valeur reproductive, et on assouplit encore davantage les mesures.

Bientôt la fin des bilans quotidiens?

De son côté, le ministère de la Santé de la Saskatchewan a affirmé qu’il cessera bientôt de publier les mises à jour quotidiennes sur la COVID-19, à mesure que la situation passera du statut de pandémie à celui d'endémie.

Il n’y aura plus de bulletin quotidien portant sur le nombre de nouveaux cas ou de décès enregistrés, de même que sur le nombre de vaccins administrés.

La province publiera un bilan hebdomadaire à compter du 3 août.

Toutefois, les données sur la COVID-19 pour la Saskatchewan seront toujours mises à jour quotidiennement sur son site Internet, a indiqué la province.

D’après les informations de Kendall Latimer et Alexander Quon

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !