•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Colombie-Britannique marque le Jour de l’émancipation

Une foule de personnes portant un masque lors de la manifestation Black Lives Matter à Vancouver.

Une foule lors de la manifestation Black Lives Matter à Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Radio-Canada

La Colombie-Britannique proclame le 1er août Jour de l'émancipation afin de souligner l’abolition de l’esclavage au Canada en 1834, une nouvelle bien accueillie par la communauté noire, qui espère toutefois que ce geste symbolique sera accompagné de mesures concrètes.

En mars dernier, le Parlement canadien a voté à l'unanimité le choix de cette journée pour rendre hommage aux contributions des personnes noires du passé et du présent.

La loi qui a aboli l’esclavage dans l’Empire britannique pour plus de 800 000 personnes est entrée en vigueur le 1er août 1834.

La secrétaire parlementaire pour les initiatives de lutte contre le racisme en Colombie-Britannique, Rachna Singh, explique que les personnes noires continuent d'être marginalisées dans la province et que leurs contributions sont peu reconnues.

Pourtant, c'est une province qui a été façonnée par les contributions des Canadiens noirs tout au long de notre histoire.

Le directeur de la faculté pour l'égalité de l’Université de la Colombie-Britannique, Ismaël Traoré.

Le directeur de l'équité dans le corps professoral de l’Université de la Colombie-Britannique, Ismaël Traoré, espère voir des changements concrets.

Photo : Radio-Canada / Nadia Jannif

Espoir et prudence

Selon le directeur de l'équité dans le corps professoral de l’Université de la Colombie-Britannique, Ismaël Traoré, cette commémoration permet de reconnaître les 200 ans d'esclavage qu'a connus le Canada.

Toutefois, il attend de voir des actes qui transformeront les institutions.

J’ai espoir, mais je suis prudent, admet-il.

Cette journée s'accompagnera-t-elle de changements significatifs, systémiques, antiracistes et transformateurs?

Une citation de :Ismaël Traoré, directeur pour l'équité dans le corps professoral de l’UBC

Ismaël Traoré souhaite que la discussion sur l'antiracisme soit abordée sous l'angle de l'intersectionnalité. Il faut, selon lui, lutter contre tous les préjugés et élever la discussion.

Rachna Singh convient que la proclamation de cette journée à elle seule ne suffit pas. Son équipe travaille à la rédaction d'une loi antiraciste, une première en Colombie-Britannique.

Plus de 43 000 Noirs vivent en Colombie-Britannique, selon le recensement de 2016.

Avec les informations de Mélinda Trochu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !