•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ruines d'une église à Terre-Neuve servent d'école de fouilles archéologiques

Trois étudiants enlèvent du sol d'un carré de fouilles.

Des étudiants en archéologie de l'Université Memorial découvrent les fondations de l'église de Blackhead, plus tôt ce mois-ci.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Les fondations d’une ancienne église près du cap Spear, à Terre-Neuve, ont récemment servi à la formation d'étudiants en archéologie de l’Université Memorial.

Pendant environ quatre semaines, les ruines de l’église du village de Blackhead, qui s’est effondré en 1910, ont servi à former huit étudiants de premier cycle de la professeure Catherine Losier.

On peut voir la montagne de travail littéralement que les étudiants ont accompli, explique Mme Losier, en souriant et en montrant du doigt l'amoncèlement de tourbe, de terre et de roches enlevées à la truelle par son équipe.

On leur apprend les techniques et méthodes de fouilles, mais en fait, on leur apprend véritablement à faire de la recherche, parce que c'est une vraie fouille archéologique. Ce n’est pas un site qu'on a inventé.

Une citation de :Catherine Losier, professeure en archéologie, Université Memorial

Il n’existe aucune photographie de l’église Star of the Sea de Blackhead, un village à 10 km à l’est de Saint-Jean, sauf une gravure conservée par la société historique du village. Si l’équipe d’étudiants savait que l'église de pierre existait, elle n'avait aucune idée de son orientation ou de sa taille.

Une gravure de l'église.

Une gravure de l'église Star of the Sea de Blackhead.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

J'étais émue

Les sœurs Bonnie et Tony Ryan se souviennent de jouer dans les ruines pendant leur enfance, à Blackhead. Les deux membres de l'association historique du village tentent depuis les années 1990 de redécouvrir les fondations du bâtiment, qui étaient jusqu’en juin recouvertes de terre.

Ils nous aident à réaliser un rêve. C’est tellement important pour la communauté et son patrimoine. [...] On a été tellement chanceux. Ça leur a pris quelques jours pour découvrir le premier mur. On a trois murs maintenant.

Une citation de :Bonnie Ryan, résidente de Blackhead

J’envoyais des messages à mes amis pour leur dire : "Ils ont trouvé l'église! Ils l’ont trouvée!" J’étais émue, , explique Bonnie Ryan.

Il y avait une mémoire locale qui disait que le site était ici, explique Catherine Losier. Mais il y a eu des doutes l'an dernier, après quelques recherches dans les archives et un inventaire préliminaire du site. Alors, on a commencé à fouiller en se disant bon, si on est chanceux, on va trouver les vestiges des murs de l'église.

Bonnie et Tony Ryan.

Bonnie et Tony Ryan sont membres de l'association historique de Blackhead.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Finalement, après avoir utilisé un radar servant à sonder le sol, les étudiants ont découvert des fondations beaucoup plus importantes que prévu, des murs d’un mètre d’épaisseur.

Dans leur carré individuel de fouilles, une mesure prise pour respecter les consignes de distanciation physique, les étudiants ont enlevé minutieusement le sol en se fiant à l'orientation des pierres pour éviter d'endommager les vestiges. D’autres s’occupaient de photographier les puits, avant de dessiner les vestiges.

Catherine Losier.

Catherine Losier est professeure en archéologie à l'Université Memorial. Elle a dirigé les fouilles à Blackhead.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Ce qui est plus compliqué quand on fouille de l'architecture comme ça, c'est de distinguer les roches, les pierres, les vestiges qui sont en place. C'est pour ça qu'on fouille avec la truelle présentement, pour bien dégager les pierres, pour voir si une certaine organisation existe, affirme la professeure Losier.

Le défi, c'est vraiment de fouiller pour dégager les vestiges sans les démonter.

Les murs doivent être recouverts pour être protégés, mais la société historique de Blackhead veut recouvrir une section des fondations avec un panneau en plexiglas pour que le public puisse observer de près le fruit du travail des étudiants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !