•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La défense d'intoxication volontaire rejetée dans une affaire de voies de fait

Matthew Brown, à gauche, et Janet Hamnett, à droite.

Matthew Brown, à gauche, était nu et sous l'effet des champignons magiques lorsqu'il s'est introduit dans la maison de Janet Hamnett, à droite, à Calgary, et l'a violemment battue avec un manche à balai.

Photo : Megan Grant/CBC / Université Mount Royal

Radio-Canada

La Cour d'appel de l'Alberta a annulé l'acquittement d'un ancien étudiant de l'Université de Calgary, Matthew Brown, qui s’était introduit, nu, chez une femme avant de l’attaquer, alors qu'il était sous l'effet de champignons magiques.

« Le Parlement a choisi de tenir les gens criminellement responsables de la violence découlant d'une intoxication volontaire dans un contexte particulier et de dissuader les gens de s'intoxiquer de la sorte parce que cela pourrait mener à la violence », indique la décision de la juge Ritu Khullar.

Selon la Cour, Matthew Brown est responsable d’avoir volontairement consommé la drogue, connaissant les effets possibles, et la victime ne doit pas être la seule à subir les conséquences de ses choix.

La Cour d'appel a donc annulé un jugement précédent, et prononcé Matthew Brown coupable de voies de fait graves à l'encontre de Janet Hamnett. Il devra comparaître à nouveau devant le juge de première instance, qui décidera de sa peine.

La famille de la victime est satisfaite.

De son côté, l’avocat de la défense a annoncé qu’il ferait appel devant la Cour suprême.

J'espère que notre appel sera entendu et que la décision sera annulée par la Cour suprême du Canada d'ici octobre, dit-il.

M. Brown a toujours eu des remords et s'est excusé à deux reprises, au tribunal et à l'extérieur du palais de justice après son acquittement.

Lors d'une audience préalable au procès, en 2019, le juge Willie deWit, de la Cour du Banc de la Reine, avait annulé la loi interdisant aux accusés d'utiliser la défense d’automatisme par intoxication volontaire dans les crimes violents.

Au cours du procès, un médecin spécialisé en toxicologie médicolégale a affirmé que l’accusé avait probablement connu un épisode de délire durant lequel il n’était pas conscient de son environnement et avait peut-être souffert de délires et d'hallucinations.

La juge Michele Hollins, de la Cour du Banc de la Reine, avait donc acquitté M. Brown, estimant qu’il n’avait pas l’intention de commettre l’infraction.

La décision avait attiré l'attention de la communauté juridique, puisqu’il s'agissait, selon elle, du seul cas au Canada où la défense d'intoxication extrême sous l'effet de champignons magiques avait été retenue.

Selon les informations de Meghan Grant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !