•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Colombie-Britannique est-elle suffisamment préparée en cas de tsunami?

Un panneau illustré d'une grande vague indiquant le chemin à suivre.

Un panneau de signalisation indiquant la route à suivre en cas de tsunami à Tofino, sur l’île de Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Lasalle

Radio-Canada

Un tremblement de terre de magnitude 8,2 est survenu à 23 h 15 heure du Pacifique au large de l’Alaska mercredi. La secousse a été ressentie jusque dans l’île de Vancouver et a entraîné des alertes de tsunami pour de nombreuses communautés côtières.

Dans une publication sur les réseaux sociaux, le député provincial Elli Ross rapporte que plus de 800 résidents du village de Kitamat se sont réfugiés en hauteur, par mesure de précaution.

Ça a fonctionné, nous avons conduit tout le monde en sécurité de manière efficace, dit-il dans une vidéo où il apparaît, en pleine nuit, en train d’aider à diriger le trafic.

Quelques heures plus tard, vers 2 h 30, les services d’urgence de la Colombie-Britannique ont déclaré qu'après évaluation des données, il n'y avait pas de risque de tsunami pour la province.

Une carte avec des cercles concentriques montrant la portée du séisme.

Le séisme de magnitude 8,2 est le plus puissant enregistré aux États-Unis depuis 1965.

Photo : U.S. Geological Survey

Se préparer en amont

John Cassidy, sismologue avec Séisme Canada, indique que ce tremblement de terre n'a pas été ressenti sur le continent, mais qu'il a été ressenti sur l'île de Vancouver.

Selon lui, ce séisme est un excellent rappel. Nos bâtiments et nos ponts sont conçus pour résister aux secousses, mais ainsi les risques d’un tremblement de terre peuvent être minimisés.

Selon John Cassidy, des progrès ont été faits depuis 30 ans en Colombie-Britannique en termes de sensibilisation de la population et d'amélioration des codes du bâtiment.

Marc Durand, titulaire d'un doctorat et ingénieur en géologie à la retraite, est du même avis. La Colombie-Britannique et la côte ouest-américaine connaissent le risque, car elles sont sur le bord de ce qu’on appelle la ceinture de feu. Il y a un très bon réseau d’alerte qui a été mis en place, et qui fonctionne bien.

La province est divisée en cinq zones pour l'envoi des avis de tsunami et il existe quatre niveaux d’alerte.

Si vous habitez dans une zone de notification de tsunami et qu'une alerte au tsunami est émise, l'alerte sera diffusée à la télévision, à la radio et sur les cellulaires. Votre autorité locale peut également avoir son propre système d'alerte, y compris des sirènes, indique la province sur son site Internet.

Une pancarte illustrée avec une grosse vague est accrochée au-dessus d'une flèche montrant la route à suivre pour échapper à un tsunami.

Une pancarte montrant une route d'évacuation en cas de tsunami à Jordan River en Colombie-Britannique. (2018)

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

Les bons gestes à adopter

Marc Durand rappelle aussi les bons gestes à adopter en cas de catastrophe. Il ne faut pas s’alarmer et il faut en priorité s’éloigner des rivages. Ce n’est pas le temps de faire de la villégiature en bord de mer. Mais dès que la vague arrive sur un rivage, elle perd son énergie. Il ne s’agit donc pas forcément de se réfugier au quatrième étage d’un édifice.

Cet expert en géologie rappelle toutefois que ces événements sont rares.

Les grandes catastrophes n’arrivent qu'une fois par génération, mais il faut s’y préparer.

Une citation de :Marc Durand, ingénieur en géologie à la retraite

Le séisme de magnitude 8,2 survenu au large de l’Alaska est le plus puissant enregistré aux États-Unis depuis 1965. L'Institut américain de géophysique a mis en garde la population contre de possibles vagues de tsunami dangereuses. L'alerte a été levée dans les heures qui ont suivi.

Avec les informations de Mélinda Trochu et de Geneviève Lasalle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !