•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre de François Lefebvre : une succession longue et difficile

Joany et Nicolas devant un cimetière.

Joany et Nicolas Lefebvre, enfants de François Lefebvre.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les enfants de François Lefebvre, l’homme qui a été assassiné par son collègue de travail François Asselin dans un motel de Sherbrooke, ont fait face à bataille judiciaire pour obtenir leur héritage. Après le meurtre de François Lefebvre, sa conjointe a créé de toute pièce un testament qui la rendait unique héritière des biens du défunt.

Le 22 mai 2018, cinq jours après le meurtre de François Lefebvre, sa conjointe France Paradis et ses deux enfants se réunissent pour discuter des funérailles. France Paradis informe les enfants que leur père n’a pas de testament.

Quelques semaines plus tard, elle rappelle les enfants pour leur dire qu’elle a trouvé dans un bureau un testament qui aurait été rédigé par François Lefebvre devant deux témoins. Le document fait quelques lignes :

Le 17 novembre 2017

Moi, François Lefebvre né le 02-01-59

À ma mort, je lègue tout

À ma conjointe France Paradis

Tout ce que j’ai dans notre

Maison [...]

Ainsi que mes véhicules

Mustang, Camion, trailers

Bateau et aussi mes biens

personnels et tout dans garage.

Signé [...]

François Lefebvre

Source : jugement de la Cour supérieure

Ils n’y ont pas cru.

Un : Mon père n’avait pas de testament. Ça nous a coûté des sous de notaire pour faire des recherches testamentaires. Deux : mon père, jamais il ne nous aurait rien légué. Mon père a toujours dit : "La journée où je mourrai, mes enfants seront bien", se rappelle sa fille Joany Lefebvre

Le juge Jocelyn Geoffroy a constaté plusieurs invraisemblances qui rendent difficile la preuve de validité du testament dans l’affaire.

Il est étonnant que Madame Paradis, écrit le juge Geoffroy, n’ait pas mentionné plus tôt [...] que François Lefebvre avait un testament et qu’il lui a fallu environ deux mois pour découvrir le fameux testament dans un tiroir de bureau, alors que c’est elle-même qui a écrit ce document six mois avant le décès.

Le juge relève également une invraisemblance qui a trait au camion de François Lefebvre, dont il n’avait plus la possession au moment où le testament aurait été rédigé.

Comment François Lefebvre pouvait léguer un camion qu’il n’avait pas.

Une citation de :Jocelyn Geoffroy, juge, Cour supérieure

La décision de la Cour soutient de plus que la signature de François Lefebvre a été imitée. Une experte en comparaison d’écriture l’a confirmé puisqu’elle a identifié plusieurs anomalies entre les signatures de François Lefebvre avant son décès et celle du testament. Le tracé des lettres est hésitant et il présente plusieurs retouches. La pression est aussi inégale pour certaines lettres.

La Cour supérieure donne ainsi raison aux enfants : le testament est un faux.

Difficile de passer à autre chose

Lorsque les enfants de François Lefebvre ont récupéré les biens, ils remarquent que des outils ont été endommagés, et le bateau n’a ni clé ni papier d’enregistrement. Ils héritent de la moitié de la maison, mais doivent se résigner à payer 38 000 $ de frais d’avocat et d’expertise.

J’ai un mot à dire aux parents : Faites un testament légal. Il n’y aura jamais de problème comme ça. Nous, cette dame-là, on l’appréciait, mais on ne pensait pas qu’une personne aurait pu faire ça à des gens qui ont vécu une tragédie.

Une citation de :Nicolas Lefebvre, fils de François Lefebvre

Le meurtre de leur père a été brutal. Son meurtrier François Asselin a fait appel de son verdict de culpabilité cette semaine.

On dirait que lorsque quelque chose se termine, une autre chose arrive. C'était terminé le procès d'Asselin, le procès de l’héritage, puis hier François Asselin s’en va en appel. On n’est pas capables de faire… ouf c’est fini, on peut passer à autre chose. On peut faire le deuil… Non, parce qu’il y a toujours un petit quelque chose qui arrive, se désole Joany Lefebvre.

Son frère Nicolas a eu besoin de soutien psychologique à la suite du décès de son père. Joany a pour sa part mis du temps à reprendre le travail.

La famille entrevoit un horizon plus joyeux après les épreuves des dernières années.

On espère trouver du positif... ma famille... ma soeur... ça nous a beaucoup rapprochés, conclut Nicolas Lefebvre.

Avec les informations de Julie Grenon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !