•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Paul Merriman fait confiance aux personnes atteintes de la COVID-19 pour s’isoler

Le ministre Paul Merriman debout donne une entrevue à des journalistes. (archives)

Une ordonnance sanitaire localisée pourrait être instaurée là où une éclosion est déclarée, selon Paul Merriman (archives)

Photo : Radio-Canada / Matt Howard/CBC

Radio-Canada

Le ministre de la Santé de la Saskatchewan, Paul Merriman, compte sur les personnes infectées par le coronavirus pour prendre la décision de s’isoler et ainsi éviter la propagation de la maladie dans leur communauté.

Interrogé en entrevue à CBC sur la possibilité de rendre l'isolement obligatoire pour les personnes dont le test de dépistage est positif, le ministre de la Santé a évoqué la responsabilité individuelle.

Combien de temps le gouvernement doit-il continuer à appliquer [des restrictions] alors que l'individu a la responsabilité d'être en mesure de prendre cette décision et de prendre une décision éclairée sur ce qu'il doit faire?

Une citation de :Paul Merriman, ministre de la Santé de la Saskatchewan, en entrevue avec Stefani Langenegger

S'auto-isoler en Saskatchewan n'est plus obligatoire depuis le 11 juillet, date de la levée totale des restrictions sanitaires dans la province.

Nous expliquons à quoi ressemble cet isolement et nous nous assurons qu'ils [les malades] y adhèrent, a-t-il avancé.

Pendant la majeure partie de la pandémie, en vertu d'une ordonnance de la santé publique, les Saskatchewanais devaient s'isoler s'ils avaient reçu un diagnostic de COVID-19, s'ils avaient été en contact avec une personne ayant reçu un diagnostic de COVID-19, s'ils attendaient les résultats d'un test de dépistage de la maladie ou s'ils avaient voyagé à l'étranger.

Le non-respect de cette ordonnance pouvait entraîner une amende de 2800 dollars.

Paul Merriman a ajouté qu'un ordre sanitaire localisé pourrait être mis en place dans une zone aux prises avec une éclosion.

Le ministre n'a pas exclu la possibilité de rendre l'auto-isolement à nouveau obligatoire à l'échelle de la province, mais il a ajouté qu'il faudrait alors en discuter davantage avec les responsables de la santé publique.

Aide pour les communautés du Nord

Le ministre de la Santé a dit surveiller de près la situation dans les communautés du nord de la province. Il a affirmé qu’une aide abondante est en place pour la vaccination, le traçage des contacts et l’éducation.

La Première Nation Black Lake est officiellement en confinement en raison de l'augmentation du nombre de cas de COVID-19.

La Fédération des nations autochtones souveraines (FSIN) a demandé à la province de faire davantage pour arrêter la propagation de la maladie.

Elle a déclaré que le virus se propage rapidement dans la Nation dénée de Buffalo River en raison de l'absence d'ordres de santé publique.

Le chef Elmer Campbell et son personnel de santé sont à court de solutions et le nombre de morts chez nos plus vulnérables pourrait augmenter si des renforts ne sont pas apportés, a déclaré le chef de la FSIN, Bobby Cameron, dans un communiqué lundi après-midi.

Paul Merriman a indiqué que près de 42 000 doses de vaccin sont prêts à être administrées dans les communautés du Nord.

Avec les informations de Stefani Langenegger et Cory Coleman

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !