•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment un petit club de soccer a permis d'aider des centaines de familles à Calgary

Un ballon de soccer avec en arrière-plan des enfants qui jouent.

Une initiative lancée il y a 11 ans par Jean-Claude Munyezamu a grandi et muté pour devenir un organisme qui aide des centaines de familles à s'intégrer au Canada.

Photo : Radio-Canada / Evelyne Asselin

Evelyne Asselin

L’organisme Umoja Community Mosaic aide plus de 680 enfants issus de 49 pays différents grâce au soccer, mais aussi à la musique, le tutorat et des programmes pour leurs parents.

L’idée de départ était simple. Jean-Claude Munyezamu cherchait une façon de divertir les enfants de son quartier. Un samedi matin, il y a 11 ans, il a sorti un sac de ballons de soccer dans un parc et a invité les enfants à jouer.

Chaque samedi, à 10 heures, ils étaient de plus en plus nombreux à se présenter.

Quand c'est devenu trop grand, trop de personnes pour mon père à superviser tout seul, les parents sont devenus bénévoles, puis les frères et les soeurs plus âgés, raconte Annabelle Munyezamu, la fille de Jean-Claude.

Annabelle Munyezamu sourit à la caméra

Annabelle Munyezamu aide son père depuis 6 ans en étant bénévole pour son organisme, Umoja Community Mosaic.

Photo : Radio-Canada / Evelyne Asselin

Puis quand ça a grandi plus que ça, il a commencé à mettre les enfants dans des équipes de soccer à travers Calgary et puis c’est devenu Soccer Without Boundaries avec un camp d'été et puis plus grand que ça: Umoja Community Mosaic, ajoute-t-elle.

Aujourd’hui, l’organisme est devenu un pôle pour les familles de nouveaux arrivants. Umoja, ça veut dire communauté en swahili.

Quand les immigrants viennent au Canada, ils ne comprennent parfois pas l’anglais et parfois, ils ne comprennent pas les règles d’autres sports comme le hockey ou le basket-ball. Mais le soccer, c’est quelque chose d’universel et tu n’as pas besoin de partager une langue pour comprendre les règles du soccer.

Une citation de :Annabelle Munyezamu, bénévole pour Umoja Community Mosaic.

Quand un enfant d’immigrant est ami avec un enfant canadien, ça les aide à naviguer l'école, à faire d’autres amitiés, c'est juste une façon facile de s'intégrer dans la société, dit Annabelle Munyezamu.

Zineb et Tchahd Tahir sourient à la caméra.

Les jumelles Tahir participent à l'un des trois camps d'été de l'organisme Umoja. C'est une belle occasion de se faire des amis, selon elles.

Photo : Radio-Canada / Evelyne Asselin

Les jumelles Zineb at Tchahd Tahir l'ont vécu. Les deux filles nées au Maroc sont arrivées à Calgary il y a six mois.

Ma partie préférée du soccer c’est que c’est amusant et tu peux jouer avec les autres et c’est un peu comme ça que tu te fais des amis, dit Zineb.

Umoja Community Mosaic offre aujourd’hui quatre camps d’été de soccer, des cours de musique et du tutorat ainsi que des programmes pour les femmes et les personnes âgées. L’an dernier, ils ont aussi ajouté une banque alimentaire à leur service.

Un enfant arrête un ballon devant un petit but de soccer.

Le soccer est un sport très accessible pour les nouveaux arrivants, selon Annabelle Munyezamu, parce que les règles sont simples et il n'est pas nécessaire de parler anglais pour jouer.

Photo : Radio-Canada / Evelyne Asselin

Il y a des enfants qui ont commencé avec nous, ils avaient 8 ou 10 ans. Les valeurs qu’ils ont appris comme à travailler ensemble, puis la patience et la confiance en soi [...] les ont suivis dans la vie adulte , dit Annabelle.

Elle ajoute que les liens créés à travers le soccer et le soutien de Jean-Claude Munyezamu ont aussi aidé de nombreux jeunes à se trouver un emploi.

Elle peine encore a croire que tout ça est né de la petite idée de son père de donner aux enfants quelque chose à faire la fin de semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !