•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Gédéon négligée par le programme de branchement à Internet haute vitesse

Un homme devant un immeuble.

Le maire de Saint-Gédéon, Émile Hudon, ne comprend pas pourquoi sa municipalité a été oubliée par le gouvernement pour le branchement aux services Internet haute vitesse.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

La municipalité de Saint-Gédéon déplore avoir été oubliée par les gouvernements dans le cadre du déploiement de l’opération haute vitesse Canada-Québec, qui vise à brancher l’ensemble des foyers québécois à Internet haute vitesse d’ici septembre 2022.

Québec et Ottawa ont récemment annoncé des investissements de 44,5 millions de dollars pour permettre à plus de 4000 foyers du Saguenay-Lac-Saint-Jean de bénéficier de ce service. L'annonce visait 35 municipalités régionales.

Ces résidences sont notamment situées à Saguenay, Bégin, Saint-Ambroise, Saint-Charles-de-Bourget, Saint-Fulgence, Sainte-Rose-du-Nord, Saint-David-de-Falardeau. Une autre annonce, totalisant 6,1 millions de dollars celle-là, pour brancher 680 maisons de Petit-Saguenay, de L'Anse-Saint-Jean, de Rivière-Éternité et de Saint-Félix-d’Otis a également été faite en juillet.

Or, ces plans ne prévoient aucune amélioration de service pour les résidents de Saint-Gédéon, ce qui a fait sursauter le maire Émile Hudon. Il interpelle directement le premier ministre François Legault, à qui il a envoyé une lettre le 21 juillet dernier pour dénoncer la situation. Il a aussi écrit au député de Lac-Saint-Jean, Éric Girard, et à la ministre responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean et députée de Chicoutimi, Andrée Laforest.

On se sent très oublié dans le programme du gouvernement. Nous, depuis le mois de février qu’on travaille sur ce projet-là à l’interne pour voir tous les secteurs qui étaient mal desservis avec Internet haute vitesse.

On avait transmis les données par résolution municipale [au gouvernement] pour dire que des secteurs comme le rang des Îles, les rangs 5 et 10 et tous les chemins qui sont de villégiature étaient très mal desservis et qu’on n'avait pas d’Internet haute vitesse dans ces secteurs-là. Quand l’annonce a été faite, on était extrêmement déçus de ne pas faire partie de ces municipalités, a relaté le maire Hudon, en entrevue au Téléjournal Saguenay-Lac-Saint-Jean.

D’importantes lacunes dans la couverture Internet de certains secteurs ont été observées au cours des derniers mois par l’administration municipale. La vitesse du débit se situe à environ 5 mégabits par seconde (Mb/s) en téléchargement et à 1 mégabit par seconde (Mb/s) en téléversement à ces endroits, selon le maire de Saint-Gédéon. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) considère que la norme pour une connexion Internet à large bande est d’au moins 50 Mb/s en téléchargement et d’au moins 10 Mb/s en téléversement.

La municipalité du Lac-Saint-Jean craint que son développement soit ralenti si la situation reste inchangée.

C’est ce qui nous fait peur. Pas d’Internet, c’est comme de l’eau potable aujourd’hui. Pour les gens, c’est important, a rappelé le premier magistrat.

Avec Mélanie Patry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !