•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fouilles archéologiques sur le site de l'école de bombardement de Mont-Joli

Des trous sont creusés dans la terre et des objets sont répartis dans de petits récipients.

Des fouilles sont en cours à Mont-Joli, au Bas-Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Ross

Radio-Canada

Une équipe de chercheurs du laboratoire d’archéologie et de patrimoine de l’Université du Québec à Rimouski (UAQR) terminent des fouilles archéologiques sur le site de l’ancienne école de bombardement et de tir de Mont-Joli.

Les fouilles ont lieu sur le lot boisé situé à l'ouest de l'aéroport de Mont-Joli. C'est là où se tenait l'ancienne école qui a été le théâtre d'un important déploiement militaire pendant la Seconde Guerre mondiale. Des milliers d'aviateurs du Commonwealth y ont été formés.

À l'apogée de l'école, à l'automne 1943, il y avait 3000 personnes ici. Ça génère des déchets.

Une citation de :Manon Savard, professeure de géographie et archéologue

Les déchets laissés par ces aviateurs sont maintenant scrutés à la loupe dans des fouilles menées dans ce qui était autrefois le dépotoir de l'école.

Les équipes d'archéologues de l'UQAR y ont trouvé des artéfacts qui témoignent des activités sur le site.

Par exemple, on y a retrouvé des boîtes de conserve, de la vaisselle et de nombreux objets personnels comme ce briquet qui appartenait à un militaire autrichien.

Là, on peut identifier une personne derrière. On peut rattacher ça à un récit, à un officier supérieur qui était sur cette base-là et son briquet s'est retrouvé dans le dépotoir qu'on fouille 80 années plus tard. Il y a une part de récit qui est assez attachant, assez émouvant, souligne Jérémy Gribaut, un étudiant à la maîtrise en archéologie.

Quelques personnes sont rassemblées autour d'une personne agenouillée au sol, sur le site de fouilles.

Les fouilles ont permis de découvrir certains déchets laissés par des militaires il y a près de 80 ans.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Ross

Selon Manon Savard, ces fouilles étaient essentielles avant que le site ne se dégrade davantage avec le temps.

D'abord, il y a la forêt qui a été coupée, malheureusement. Il y a de la machinerie qui est passée et on voit que ça a affecté certains artéfacts. Il y a beaucoup d'artéfacts qui ont des cassures fraîches, précise-t-elle.

L'équipe de l'organisme Patrimoine militaire de La Mitis espère que ces fouilles permettront d'en apprendre plus sur ce pan de l'histoire de Mont-Joli.

J'espère qu'on va pouvoir se dire avant que ça soit impossible : "on a récupéré tout ce qu'on pouvait trouver d'intéressant d'un point de vue historique et archéologique ici".

Une citation de :François Dornier, président Patrimoine militaire de La Mitis

Ces artéfacts pourraient un jour se retrouver dans un centre d'interprétation.

D'après un reportage d'Isabelle Damphousse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !