•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de nouveau nettoyage de plage possible à Sainte-Luce cet été, indique le maire

La promenade et la plage de l'Anse-aux-Coques, à Sainte-Luce.

Les forts vents et les vagues du début de juillet ont ramené des débris et des algues sur la plage de Sainte-Luce qui avait été nettoyée au mois de juin. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Dans une note publiée sur la page Facebook de la Municipalité, le maire Roch Vézina relève des commentaires peu reluisants pour sa communauté et sa plage, alors que les habitants de Sainte-Luce assument à eux seuls les coûts d'entretien. Des algues et des débris jonchent la plage depuis les forts vents et les vagues qui ont marqué le début de juillet, selon lui.

Nous observons dans différents médias, des commentaires qui ne sont pas très élogieux envers notre population et la municipalité. Malheureusement, la Municipalité n'a pas le contrôle sur la météo ni sur les marées, soutient le maire dans cette note écrite.

Est-ce que je dois en demander plus, faire 3-4-5 nettoyages par année à coups de 10-15-20 000 $ à chaque fois? Il me semble que ce serait peut-être exagéré.

Une citation de :Roch Vézina, maire de Sainte-Luce

Il y indique que des bénévoles ont nettoyé la plage au début du mois de juin, dans le cadre de la Mission 1000 tonnes, et qu'elle a ensuite été nettoyée à nouveau par des employés municipaux.

Roch Vézina précise que ce nettoyage consiste à retirer des billots de bois et des algues qui se sont échoués sur la plage pendant l'hiver. Il souligne que ce type de nettoyage doit se faire selon les règles prescrites par le ministère de l'Environnement et par Pêches et Océans Canada.

La plage et la promenade de l'Anse-aux-Coques, à Sainte-Luce.

Le secteur de l'Anse-aux-Coques, à Sainte-Luce

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Les conditions de marées peu clémentes avec les vents du début du mois de juillet ont toutefois souillé à nouveau la plage. Le maire explique qu'il est impossible d'organiser un nouveau nettoyage cet été, puisque les employés municipaux seront occupés à d'autres travaux.

Malgré le fait que la plage soit utilisée en tant qu'équipement suprarégional, je dois vous rappeler que la population de Sainte-Luce a accepté encore une fois, lors de la présentation du budget en janvier dernier, d'absorber à elle seule le coût d'un entretien de la plage au bénéfice de sa population et des non-résidents, argue le maire.

Il rappelle également que des travaux de recharge de la plage doivent être accomplis en octobre.

Des solutions envisageables?

Joint par téléphone, le maire Vézina soutient qu'il aimerait que les personnes non résidentes qui fréquentent la plage contribuent financièrement à son nettoyage et permettent à la Municipalité de l'entretenir plus souvent, sans indiquer comment cela pourrait se faire.

La population de Sainte-Luce est approximativement de 2800 personnes, mais quand je vois qu'il y a 3000 personnes sur la plage, ce n'est pas tout le monde de Sainte-Luce qui est là, soulève-t-il.

Nous, c'est un service qui est offert, on la nettoie une fois par année [la plage], poursuit-il.

Roch Vézina, nouveau maire de Sainte-Luce.

Roch Vézina avance que la réflexion sur une solution envisageable pour améliorer la qualité de la plage n'est pas terminée. (Archives)

Photo : Municipalité de Sainte-Luce

Le préfet de la MRC de La Mitis Bruno Paradis affirme qu'il comprend que, pour les municipalités comme Sainte-Luce, le nettoyage d'installations comme la plage peuvent entraîner des coûts importants.

Je ne crois pas que ça puisse être reconnu comme un équipement suprarégional [...] qui sont souvent des arénas ou des piscines. Libre à eux de regarder avec le ministère des Affaires municipales si ça peut être le cas, soutient le préfet.

Je les inviterais [...] à s'inspirer de ce qui se fait ailleurs. À Amqui, à Pohénégamook, où des installations du même type sont des sources de revenus importantes pour ces communautés.

Une citation de :Bruno Paradis, préfet de la MRC de La Mitis

Quant à savoir si d'autres sources de revenus que ceux tirés des taxes municipales pourraient être mises en place, le maire de Sainte-Luce indique que la réflexion se poursuit, mais que le fait de faire payer les visiteurs qui souhaitent se rendre sur la plage n'est pas envisagé.

Y avez-vous pensé, à la plage? Installer un système de contrôle pour donner accès à l'eau. Le contrôle va peut-être coûter plus cher que le montant que ça va rapporter. Alors, ça ne donne rien de faire un contrôle, précise-t-il.

Est-ce que je vais demander aux habitants de la route du Fleuve de payer un parcomètre pour pouvoir stationner leur véhicule? Ce serait peut-être ridicule un peu.

Une citation de :Roch Vézina, maire de Sainte-Luce

Roch Vézina dit travailler sur des dossiers plus urgents que celui du stationnement depuis son entrée en poste en mai.

Il soutient que quelques marées moyennes ont suivi le mauvais temps du début de juillet et que la plage s'est partiellement nettoyée d'elle-même au cours des derniers jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !