•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Possible de confondre un mannequin et un corps humain, selon un pathologiste

Des têtes de mannequins sur un mur.

Les mannequins peuvent être très réalistes, selon un pathologiste.

Photo : afp via getty images / GABRIEL BOUYS

Radio-Canada

Selon le pathologiste Robert Nicholson, il est très possible que des premiers répondants puissent confondre un corps humain et un mannequin.

Rappelons que vendredi dernier, le corps brûlé d’une femme a été sorti d’un conteneur à déchets du Service de police de Sherbrooke (SPS), où des intervenants d'urgence l’auraient placé, croyant qu’il s’agissait d’un mannequin ou d'une poupée.

Lors de mon entraînement, il y a 20 ans, les mannequins sur lesquels on pratiquait la réanimation étaient très réalistes. J'imagine qu'aujourd'hui, ils sont très similaires à un corps humain, croit Robert Nicholson.

Ils sont faits pour être les plus réalistes possible : le même poids, la même texture, le même visage qu’un être humain.

Le pathologiste ajoute qu'un corps devient beaucoup plus léger après avoir été brûlé, car il perd toute son eau. Quelqu’un de 150 livres, si tu enlèves l’eau, ça tombe à 60 livres.

C'est très facile d'imaginer que c'est impossible de voir la différence entre un mannequin et un corps humain.

Une citation de :Robert Nicholson, pathologiste

Contrairement à la croyance populaire, un corps calciné ne dégage pas d’odeur particulière, ajoute-t-il. Les odeurs viennent plus de matériaux associés avec le corps : les vêtements, s’il y a des choses en plastique à côté… Les odeurs viennent de toutes ces choses.

Certains indices, comme la présence de dents, peuvent permettre d'identifier un corps, mais comme les mannequins sont très réalistes, même cet élément peut être trompeur. De plus, il est possible que le fait d'intervenir sur un événement, en ayant une idée préconçue en tête, puisse avoir un impact.

Si on présume quelque chose, c’est facile de ne pas le questionner. C’est facile d’imaginer qu’ils pensaient très vite que c’était juste un mannequin, et que ça a été traité comme ça.

Une citation de :Robert Nicholson, pathologiste

En conférence de presse jeudi, le directeur du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPCIS), Stéphane Simoneau, s'est engagé à faire la lumière sur cet incident.

Avec les informations de René Cochaux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !