•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De jeunes Abénakis fouillent le passé de leurs ancêtres à Odanak

Les deux garçons creusent dans un trou.

Brandon et Liam participent aux fouilles pour découvrir le passé de leurs ancêtres abénakis.

Photo : Radio-Canada

Une douzaine de jeunes des communautés abénakises de Wôlinak et d’Odanak au Centre-du-Québec participent cette semaine à des fouilles archéologiques sur le site de l’ancien fort Odanak.

Des doigts tiennent une bague.

Une bague a été retrouvée durant les fouilles sur le site de l'ancien fort Odanak.

Photo : Radio-Canada

C’est le fun parce qu’on trouve des choses de peut-être nos ancêtres, on n’en sait rien, mais on peut trouver d’autres affaires. C’est vraiment intrigant de voir comment ils faisaient leurs objets, a dit Liam Gélinas, un jeune Abénakis de Wôlinak, qui se dit fier de faire renaître sa culture.

Les jeunes ont trouvé des morceaux de céramique, des bijoux, des graines de citrouille et de courge ainsi que des os.

Deux garçons en entrevue à la caméra.

Brandon O'Bomsawin et Liam Gélinas, respectivement des communautés d'Odanak et de Wôlinak.

Photo : Radio-Canada

Son camarade abénakis d’Odanak Brandon O’Bomsawin se réjouit de se réapproprier sa culture. C’est nos ancêtres, peut-être qu’ils utilisaient ça, puis nous, on déterre ça! [...] C’est le fun parce qu’on a appris plein de choses sur notre culture, s'est-il enthousiasmé.

Le site de l’ancien fort Odanak, où est situé le Musée des Abénakis, fait l’objet de fouilles depuis dix ans pour mieux comprendre le quotidien des Abénakis de l’époque. Depuis le début des fouilles, des objets ont été découverts, mais aussi des armes et les vestiges d’un massacre survenu en 1759.

Les jeunes sont en contact avec une continuité d’occupation. Et il y a eu des événements assez tragiques. En 1759, il y a le major Rogers qui attaque la mission fortifiée ici et qui brûle la mission. Donc il y a une couche [de cendres] qu’on voit partout ici, où on voit les maisons, les structures, les zones d’habitation et l’église qui ont été brûlées, raconte-t-elle.

La fin des fouilles cette semaine ne signifie pas la fin des travaux. L’équipe d’archéologues et d’historiens du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki analysera encore pendant plusieurs semaines les objets retrouvés pour comprendre leur histoire.

Trois jeunes Abénakis devant un archéologue du Grand Conseil de la Nation Waban-Aki.

Les jeunes Abénakis tentent de comprendre l'histoire de leurs ancêtres grâce aux objets trouvés lors des fouilles, qui ont cours depuis 10 ans sur le site de l'ancien fort Odanak.

Photo : Radio-Canada

Une étagère à artefacts.

Les jeunes étudient ensuite les objets trouvés dans une salle de laboratoire près du Musée des Abénakis.

Photo : Radio-Canada

Revitaliser la culture abénakise

Dans le cadre d’un stage culturel, les jeunes plongent dans la culture abénakise et en apprennent sur le passé des Autochtones qui ont occupé le secteur du fort Odanak.

Les fouilles archéologiques représentent le point culminant de la saison estivale de ces jeunes. Depuis le début de l’été, ils ont été initiés au trappage, au perlage et à la pratique du canot, entre autres activités. Ils ont aussi bénéficié d’ateliers de langue.

Ces activités font partie des efforts de revitalisation de la culture abénakise, indique Marc-Olivier O’Bomsawin, agent de développement culturel au N8wkika, le bureau responsable des services à l’enfance et à la famille de la nation abénakise.

Tant à Wôlinak qu’à Odanak, on a vraiment des gens qui commencent à chercher à ravoir la culture et à la remontrer un peu partout, explique-t-il.

Des générations ont eu de la misère à garder leur culture qui a de la misère à garder sa culture avec tout l’effet des pensionnats, tout l’effet qui en est venu du curé… [l’effet] du clergé sur les communautés. Ça a eu son impact et ça reste encore à nos jours, rappelle celui qui constate un engouement pour une revitalisation des cultures autochtones depuis quelques années.

Avec les informations d’Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !