•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Université de l’Ontario français : 75 % des étudiants ne sont pas ontariens

Façade d'un immeuble moderne.

Le campus de l'Université de l'Ontario français sera situé rue Lower Jarvis, dans un immeuble neuf du centre-ville de Toronto.

Photo : Capture d'écran - Google Street View

Malgré une campagne exhaustive de recrutement sur les médias sociaux et des publicités placardées sur des immeubles un peu partout au centre-ville de Toronto, les élèves des écoles secondaires de l'Ontario auront vraisemblablement boudé l'Université de l'Ontario français (UOF) pour la première rentrée.

À un peu plus d'un mois du début des cours, l'UOF compte 117 étudiants inscrits à temps plein, qui proviennent principalement d'autres provinces et de l'international, ou alors qui sont des adultes.

L'UOF confirme que 75 % des étudiants proviennent d'ailleurs, mais refuse de dire quelle proportion des 25 % restants sont soit issus des écoles secondaires de l'Ontario, soit des apprenants adultes, parce que la répartition ne peut pas être représentative à ce stade-ci du démarrage de l'université.

Des données publiées par la province révèlent cependant que les élèves du secondaire représentaient moins de 5 % des demandes d'admission en date du 14 juillet.

Seuls deux élèves ontariens ont choisi un programme de l’UOF comme premier choix.

L'Université de l'Ontario français et son nouveau recteur, Pierre Ouellette, ont maintes fois blâmé l’approbation tardive des programmes par le gouvernement Ford en octobre 2020, ainsi que le contexte particulier de la pandémie, pour expliquer le petit nombre d'inscriptions.

L'objectif, déjà révisé à la baisse (la cible était de 300 au départ), était de 200 étudiants.

Ufo, cliquez ici.

La vice-rectrice adjointe au recrutement et aux communications pour l'UOF, Carole Nkoa, dit que l'Université a effectivement misé sur le recrutement des étudiants étrangers, en provenance par exemple du Cameroun, du Maroc et d'Haïti.

Au moment où nous avons débuté la promotion des programmes, le cycle d’admission en Ontario et au Canada était alors déjà bien avancé, explique-t-elle.

Une affiche de l'Université de l'Ontario français.

L'Université de l'Ontario français doit ouvrir ses portes en septembre 2021.

Photo : Radio-Canada

L'UOF refuse pour l'instant de divulguer la moyenne d'âge des étudiants inscrits, car ce n’est pas une donnée normalement véhiculée par les universités, bien que d'autres universités divulguent ce type de données.

Par et pour qui?

Les taux d'inscriptions initiaux corroborent toutefois les conclusions de l'étude Malatest, commandée par la province en 2017 pour appuyer la création de l'université.

Elle prédisait qu’entre 75 % et 90 % de la demande d'une université francophone à Toronto proviendrait des apprenants adultes et étrangers.

En février, la présidente du conseil des gouverneurs de l’Université, Dyane Adam, confiait d'ailleurs à Radio-Canada que les adultes, les immigrants qui ont besoin de mise à niveau, qui ont besoin d'expériences canadiennes, c'est ça notre marché, nous, à Toronto!

L'ancien président de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO), Pablo Mhanna-Sandoval, a longtemps milité en faveur du projet de l'Université de l'Ontario français.

Pablo Mhanna-Sandoval accordant une entrevue.

Pablo Mhanna-Sandoval, ancien président de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (archives)

Photo : Radio-Canada

Il dit aujourd'hui sentir une grande déception par rapport au faible intérêt suscité jusqu'ici chez les élèves du secondaire de l'Ontario.

Je peux maintenant avouer deux, trois ans plus tard que je n'étais pas inspiré par les programmes annoncés par l'Université de l'Ontario français lors de sa conception. Bien sûr, j'ai gardé mon silence, mais l'état de la situation me pousse à me prononcer aujourd'hui, confie l'ancien leader étudiant.

Les programmes tels le baccalauréat en études de la pluralité humaine, dit-il, inspirent difficilement les étudiants de sa génération, qui sortent du secondaire dans une ère très instable économiquement.

La chair sur l'os de l'expérience postsecondaire est malheureusement absente de cette institution.

Une citation de :Pablo Mhanna-Sandoval, ancien président de la FESFO

M. Mhanna-Sandoval dit d'ailleurs être d'accord avec l'un des plus virulents critiques de l'UOF, le professeur à l'École d'études politiques de l'Université d'Ottawa François Charbonneau.

Ce dernier argue qu'il aurait fallu y rapatrier les sections francophones des universités Laurentienne et d’Ottawa.

Une enquête de Radio-Canada révélait plus tôt cette année cependant que le contexte politique se prêtait très mal à cette option, puisque des dirigeants des universités bilingues ont milité pour que l'UOF ne voie jamais le jour.

L'AFO inébranlable dans son appui

Aucun porte-parole de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) ou de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) n'était disponible jeudi pour commenter.

Le président de l'AFO, Carol Jolin, a redirigé Radio-Canada vers la lettre ouverte que les groupes ont cosignée (Nouvelle fenêtre) plus tôt cette année en appui au projet.

Bâtissons ensemble l’Université de l’Ontario français et ils viendront! Nous le croyons toujours. Donnons-nous lui chance de bien s’établir, elle nous rendra fiers pour les années à venir!, écrivaient-ils.

De son côté, le directeur général du Regroupement étudiant franco-ontarien (REFO) rappelle que c'est une nouvelle université qui doit encore bâtir sa notoriété. On s'attend à une croissance des étudiants de la province.

François Hastir demeure pragmatique : il est important que l'UOF attire des étudiants étrangers, mais ses programmes doivent aussi répondre aux besoins des jeunes Franco-Ontariens et les intéresser.

Même si on n'est pas inquiets pour cette année, si on continue de voir ces chiffres-là dans un, deux ou trois ans, il y aura lieu de se poser des questions.

Une citation de :François Hastir, directeur général du Regroupement étudiant franco-ontarien

Pour la rentrée de 2022, l'UOF mise sur un nouveau programme de baccalauréat en éducation.

En plus de viser à répondre au besoin criant d'enseignants francophones en Ontario, le programme plus conventionnel, qui est en cours d'approbation, aura le potentiel d'attirer davantage d'étudiants ontariens, souligne-t-il.

C'est certain que les programmes principaux, tels qu'ils ont été annoncés, la population avait de la difficulté à les comprendre.

Le nombre d'étudiants inscrits à l'UOF pourrait fluctuer dans les prochaines semaines, prévient aussi l'Université, puisqu'ils ont jusqu’au 30 septembre 2021 pour confirmer leur inscription ou se désister.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !