•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier spectacle en solo pour l’humoriste Michelle Desrochers

Une femme sourit et met ses deux mains au-dessus de sa tête. Elle a les yeux bleu clair et porte une veste en jean.

L'humoriste Michelle Desrochers

Photo : Émilie Hébert

Radio-Canada

Connue notamment pour ses chroniques à La soirée est (encore) jeune, à ICI Première, et pour ses participations à l'émission de télé Coups de cochon, à Z, l’humoriste Michelle Desrochers planche sur son premier spectacle, qu’elle présente en rodage depuis quelques semaines à Montréal.

Au cours des dernières semaines, l’humoriste s’est livrée sur la scène du Terminal Comédie Club, à Montréal, le temps de plusieurs spectacles, pour tester son matériel, que ce soit des numéros d’humour qui avaient été présentés à la télévision et qu’elle a retravaillés, ou encore des improvisations. Et vendredi, elle sera en rodage au Lion d’Or, à Montréal.

Un spectacle proche d’elle

Michelle Desrochers a déjà dit plusieurs fois à la blague que son visage était une fusion de celui de Bibi et de celui de Geneviève, les deux personnages de la célèbre émission jeunesse des années 1980-1990.

J’ai en moi, dans mon visage, un côté matante, mais aussi un côté un peu enfant. En humour, j’ai compris qu’il était important de déceler ce qu’on dégage, et ensuite de jouer avec ça, a expliqué l’humoriste à Stéphanie Gagnon, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18.

Avec mon visage d’ange qui dit des choses inacceptables, j'aime tester les limites en rodage, aller dans les tabous par rapport à ce qu’on dit, aller chercher les gens et les surprendre, a-t-elle ajouté.

Le spectacle qu’elle a créé s’est ficelé de lui-même, puisque Michelle Desrochers a puisé son inspiration dans sa vie personnelle.

Étant donné que je fais un humour qui vient vraiment de moi, ça passe par mon parcours : l’ emploi de caissière que j’ai eu avant, le divorce de mes parents... C’est un peu le portrait d’où je viens qu'on trouve dans ce premier spectacle, dont le but est de faire une carte de visite, a-t-elle mentionné.

Du fond du cœur

Même si elle a des textes qui guident son spectacle, Michelle Desrochers aime garder une certaine liberté en se permettant d’ajouter différents effets d’un spectacle à l’autre et en se livrant à de l’improvisation.

Par cœur, qui est le titre provisoire de ce nouveau spectacle, vient d’ailleurs de cet amour de l’improvisation, mais aussi de la sensibilité de l’humoriste.

Je suis une personne extrêmement sensible! En plus, je viens de l’impro, donc je déteste apprendre un texte par cœur. Mon titre de travail pour le spectacle, je trouve qu'il résume bien à quel point je travaille d’une façon émotive, tout en ayant une technique de travail qui va chercher un peu dans l’improvisation, une facette qui ne va jamais partir du spectacle, a-t-elle précisé.

On n’est pas à la virgule près, il y a toujours quelque chose de magique qui va partir d’une représentation [et se rendre jusqu'à] l’autre, une surenchère qui n’était pas là la veille, et c’est ça que j’aime en humour, a ajouté cette diplômée de 2009 de l’École nationale de l’humour.

Une portée sociale

Ses numéros portent aussi sur des enjeux qui sont significatifs à ses yeux, comme l’estime de soi, le rapport au corps, la solitude, et les diètes.

Il y a des messages à portée sociale dans mon spectacle. Je parle notamment de féminisme et du respect des autres. Je fais de l’autodérision et je parle d’amour de soi, et je pense que ces deux aspects-là peuvent coexister. Je ris des autres, mais je prends aussi le temps de rire de moi!, a souligné l’humoriste.

Depuis qu’elle fait le rodage de son spectacle, Michelle Desrochers, qui veut offrir un spectacle ouvert au plus grand nombre, se dit contente de voir des personnes de toutes les générations dans son public.

Elle sera sur la scène du Lion d'Or à Montréal le vendredi 30 juillet, le 31 juillet à la salle André-Mathieu, à Laval, en plateau double avec Maude Landry, et elle continuera le rodage du spectacle les 7, 14 et 21 août au Terminal Comédie Club à Montréal, de même qu’au Théâtre Petit Champlain de Québec le 13 septembre.

Avec les informations de Stéphanie Gagnon, chroniqueuse culturelle à l'émission Le 15-18.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !