•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pesticides : « Le politique ne doit pas interférer », dit la ministre de l'Agriculture

« C'est un sujet très sensible et on partage cette sensibilité », assure toutefois Marie-Claude Bibeau.

Marie-Claude Bibeau, en conférence de presse.

La ministre responsable d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, Marie-Claude Bibeau, n'était pas au courant des changements proposés par Santé Canada dans le dossier des pesticides.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La ministre canadienne de l'Agriculture affirme que les élus fédéraux ne doivent pas interférer dans le dossier des pesticides, malgré les inquiétudes dans la population et les critiques formulées à l'endroit de son gouvernement, qui veut permettre plus de résidus de pesticides dans certains aliments.

Marie-Claude Bibeau avoue avoir été surprise d'apprendre que Santé Canada souhaite devenir plus tolérant quant aux résidus de certains pesticides dans les aliments. Il est question de permettre plus de traces d'un insecticide et d'un fongicide dans des petits fruits et de l'herbicide glyphosate dans les légumineuses et les noix.

La ministre de l'Agriculture comprend tout de même pourquoi elle n'a pas été mise au courant. « C'est normal que le politique ne soit pas interpellé quand il s'agit de réglementation », dit-elle.

Le processus de consultation et d'autorisation du gouvernement est critiqué par des scientifiques pour son manque de transparence. Marie-Claude Bibeau se dit prête à l'étudier avec sa collègue de la Santé pour voir si des améliorations sont possibles.

« Donnez-nous un peu de temps pour travailler, car on veut faire les choses comme un gouvernement responsable », explique-t-elle.

En revanche, la ministre exclut toute intervention politique pour s’opposer à la révision en cours des tolérances aux résidus de pesticides dans les aliments.

On ne peut pas s'imaginer qu'au Canada le politique interfère dans la réglementation sur un coup de tête ou sur une pression populaire. Mais c'est un sujet qui est très sensible et on partage cette sensibilité, je vous l'assure.

Une citation de :Marie-Claude Bibeau, ministre responsable d'Agriculture et Agroalimentaire Canada

Selon le journal La Voix de l'Est, la ministre de la Santé Patty Hajdu n'était pas non plus au courant des changements proposés.

Ce n'est « pas rassurant », a réagi le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet.

Inquiétant ou pas crédible?

Une citation de :Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Radio-Canada a révélé jeudi que le fabricant de pesticides Syngenta est l'un des demandeurs pour la révision des tolérances, comme Bayer l'avait fait pour le glyphosate.

Agriculture Canada est l'autre demandeur pour les petits fruits, en soutien aux producteurs de bleuets de la Colombie-Britannique.

Marie-Claude Bibeau a tenu à préciser que son ministère ne soutient pas nécessairement l'idée. « Ce n'est pas une question d'appui. On suit un processus, on transmet des données probantes, l'analyse va être faite par des scientifiques. »

Elle promet des nouvelles dans les semaines et les mois à venir.

Avec la collaboration de Jeremie Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !