•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Google expulse les applications de sugar dating de son Play Store

Une page du magasin Google Play affichant plusieurs jeux gratuits.

Les applications de « sugar dating » n'auront plus leur place dans le magasin Google Play Store.

Photo : Radio-Canada / Simon Rail Laplante

Radio-Canada

Une nouvelle politique adoptée par le géant californien interdit les applications axées sur les « relations sexuelles rémunérées », ce qui vise à enrayer le sugar dating du Google Play Store.

Le Play Store bannit déjà de son magasin les applications offrant des services pouvant être interprétés comme la fourniture d'actes sexuels en échange d'une compensation.

Ce qui est différent cette fois-ci, c’est que cette politique inclut désormais les rencontres rémunérées ou les arrangements sexuels dans lesquels on s’attend, expressément ou tacitement, qu’une personne doive fournir de l'argent, des cadeaux ou un soutien financier à une autre personne (sugar dating).

Qu’est-ce que le sugar dating?

On appelle sugar dating les relations entre un sugar daddy, généralement un homme riche d’un certain âge, et une sugar baby, d’ordinaire une partenaire plus jeune. Le sugar daddy fait des sorties avec sa partenaire, la couvre de cadeaux, et cette relation peut sous-entendre l’échange, en retour, de faveurs sexuelles.

Avec Elite Millionaire Singles, Seeking Arrangement et Spoi, pour ne nommer que celles-ci, le magasin d’applications de Google regorge d’offres en ce sens.

Aucune d’elles ne précise toutefois que les services affectifs rendus doivent être rémunérés. Ce qui est plutôt mis de l’avant, c’est la richesse des candidats (plus rarement des candidates) qui se trouvent sur ces applications.

Maintenant nommées noir sur blanc dans la nouvelle politique étendue du Play Store, les applications de rencontres de ce type n’échapperont pas à une expulsion du magasin de Google le 1er septembre prochain.

Cette mesure n’est toutefois pas sans faille, les téléchargements tiers, c’est-à-dire hors du cadre du Play Store, étant possibles avec les téléphones intelligents Android.

Un ménage du côté des développeurs inactifs

Dans la réfection de ses politiques d’utilisation, Google accorde également une attention particulière aux développeurs inactifs dans son magasin d’applications.

L’entreprise compte supprimer les comptes qui n’ont pas enregistré d’activité pendant un an, à quelques exceptions près. Les développeurs dont les applications ont été téléchargées plus de 1000 fois, de même que celles ayant eu des transactions récentes, sont exemptés.

Les comptes concernés seront avisés une première fois 60 jours avant leur suppression, selon le géant californien.

Avec les informations de The Verge, et Engadget

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !